protéger son chien du froid

Lorsque le chien marche dans la neige ou sur du verglas , peut il souffrir du froid au niveau des coussinets ? Cette question m’a été posée lors d’une consultation il y a quelques jours et cela tombais bien,car je venais juste de lire une étude d’une école vétérinaire japonaise sur ce sujet.

J’ai hésité entre le fait de lui répondre par une réponse très brève de type “oui ou non” ou bien celle un peu plus explicative avec un peu de détails techniques . Bon , c’était fin de matinée  et puis c’était demandé si gentiment que j’ai choisi … la première alternative 

Allez , trêve de plaisanterie……  voilà  ce que je lui ai  répondu ( un peu plus court que cet article malgré tout,je vous rassure).

 

Structure du coussinet du chien

Les coussinets ( appelés aussi pelotes )  sont des épaississement du derme et de l’hypoderme. Il y a une concentration très importante de papilles cornées épidermiques ( responsable de cet aspect caractéristique), de tissu adipeux et de fibres élastiques. Les chiens ,qui sont régulièrement mis en contact avec des terrains difficiles,accidentés, ont des surfaces de coussinets plus épaisses et plus rugueuses .

Voici la disposition des coussinets sur le patte antérieur et postérieur du chien :

patte _coussinets

PATTE ANTERIEUR

Patte antérieur :

il y a cinq doigts  avec cinq coussinets digitaux ( dont celui de l’ergot rudimentaire), un coussinet métacarpien et un coussinet carpien (En tout cela fait 7 coussinets)

Patte posterieur :

Il y a 4 doigts  ( l’ergot en principe manque)avec 4 coussinets digitaux  , un coussinet métatarsien et pas de coussinet tarsien ( en tout cela fait 5 coussinets )

Rôles des coussinets : 

Les coussinets digitaux ,métacarpien et métatarsien sont les coussinets de support( de marche) ,ce sont eux qui absorbent les chocs . On va les qualifier de “coussinets amortisseurs” .

Le coussinet carpien sert à monter les pentes , à éviter de patiner ou rester à l’arrêt. C’est en quelque sorte le “coussinet de frein”.

L’ergot a un rôle assez mystérieux ( vestiges des races anciennes ?) , alors que les griffes servent à s’agripper, à creuser et à maintenir ses proies .

Astucieuses adaptations :

Il existe des races avec double ergot aux pattes postérieures : Beauceron,Briard,Cane corso et le Montagne des Pyrénées . Pour ce dernier , la présence des ces doubles ergots lui permet de maintenir sa stabilité et de s’agripper sur les terrains accidentés.

Le Saint Bernard a des coussinets plus larges ,ce qui lui permet d’être plus à l’aise pour marcher sur la neige et la glace.

Le Terre Neuve ,le Labrador Retriever ont des longs doigts et des pattes palmées ,d’où leur  réputation d’être d’excellents nageurs.

Les coussinets ont un rôle de protection,d’isolation, de système anti-dérapage ,d’amortisseur de bruit ( important pour la chasse ),tactile ( permet de distinguer les différents types de terrain) et de communication ( glandes podales entre coussinets secrètent phéromones) .

De plus , c’est à ce niveau que se fait la régulation de température lors de contact avec le sol. Petite remarque : au niveau des pattes ,ils existent les glandes sudoripares responsables de la production de sueur que l’on peut remarquer sur les traces de chiens stressés ou ayant chaud .

Tout le poids de l’animal,lors de la marche, est supporté par les  doigts d’où son appellation ‘digitigrade” .

Petit conseil :

Dès l’acquisition de votre chiot ,prenez l’habitude de faire régulièrement des séances de massage des pattes , cela favorisera une meilleure circulation et relaxera votre chien . Massez les coussinets sans oublier l’espace entre les doigts . De plus , cela habituera votre chien à se laisser manipuler à cet endroit et facilitera d’éventuels soins préventifs .

Comment le monde animal réagit face au froid ?

La capacité du monde animal à s’adapter au froid extrême est à la fois formidable et fascinant. Je ne vais pas,dans le cadre de cet article,détailler toutes les adaptations du règne animal pour réguler sa température interne,mais je me contenterai d’en signaler quelques unes en insistant sur celles protégeant le chien  du froid .

Déjà il faut distinguer les animaux à sang chaud des animaux à sang froid , même si je sais que cette “classification” est de moins en moins utilisée .

Les animaux à sang chaud  ( principalement mammifères et oiseaux)  doivent maintenir une température corporelle relativement constante sous peine d’avoir de graves conséquences .Cette température oscille entre 35° à 41 ° ( oiseaux) .

Les animaux à sang froid ( la plupart du règne animal en dehors des mammifères et oiseaux)  ne sont pas obligés de maintenir constante  cette température corporelle, celle-ci dépend des températures extérieures. Si la température extérieur est froide , la température corporelle de ces animaux sera basse également ( presque équivalent ).

Vous pouvez remarquer que la taille et la forme du corps des animaux sont des critères pour déterminer si l’animal est à sang chaud ou froid .  En effet , on imagine mal un éléphant être un animal à sang froid , c’est à dire dépendant des températures extérieures pour se réchauffer .Vu le volume à réchauffer , ce serait inefficace et porterai préjudice à l’animal .

Conclusion : presque tous les  grands animaux sont à sang chaud et doivent trouver des solutions pour maintenir constante leur température corporelle .

Alors vous me direz : “ oui…. mais les oiseaux ou les souris par exemple ne sont pas grands , mais ce n’est pas pour cela qu’ils sont des animaux à sang froid !” .

Exact , mais là rentre le second critère : la forme du corps . Les petits animaux à sang chaud ont une forme arrondie,maintenant ainsi une température interne  constante  le plus longtemps possible .  La plupart des animaux à sang froid ont soit une forme allongée ou plate ( poissons) . Un serpent ,par exemple,  a un corps long et mince permettant ainsi un réchauffement ou un refroidissement rapide selon les températures extérieures.

Les animaux à sang chaud ont besoin d’énergie  pour maintenir leur température constante et ils la puisent dans la nourriture . L’alimentation est essentielle et représente l’énergie stockée qui sera convertie en d’autres formes d’énergie dans le corps , c’est ce qu’on appelle le métabolisme ( ensemble de réactions chimiques dans le corps) .

Si de la nourriture n’est pas disponible pour un animal à sang chaud , c’est la “graisse” du corps qui sera utilisée pour produire cette énergie. S’il n’y a plus de nourriture et/ou de graisses corporelles , la mort est imminente ! 

Les animaux à sang froid n’ont pas  besoin de beaucoup d’énergie pour survivre , celle-ci vient principalement de l’environnement. Savez vous que certains reptiles , dont le python, sont capables de rester plus d’un an sans nourriture,car ils n’utilisent pas la nourriture pour produire la chaleur de leur corps.

Pour les animaux à sang froid, il y a une certaine température en dessous de laquelle leur métabolisme ne fonctionnera plus . C’est la raison pour laquelle ,on peut voir  certains animaux à sang froid être actif durant la période d’hiver à des températures basses.

Au plus vous allez vers le Nord , au moins vous verrez des animaux à sang froid . Par contre , on peut voir des animaux à sang chaud dans une grande variété d’environnement  (du Nord au Sud) et ce  grâce à des adaptations ( solutions) aux températures externes .

Moyens de lutte contre le froid :

Hibernation : permet d’économiser de l’énergie en diminuant la température interne ,le rythme respiratoire ,le rythme cardiaque et leur métabolisme  . Les animaux qui hibernent vivent de leurs réserves de graisse ( ex : ours , marmotte,…)

Cryptobiosec’est l’arrêt complet du métabolisme , l’animal devient presque indestructible ..Sourire  et peut résister à des températures extrêmement basse ( jusqu’à – 250° pendant quelques minutes )….. le tardigrade est un des animaux avec cette faculté .

42-26772123

Poils, plumes,laine : pour éviter la perte de chaleur( isolant) . Le plus efficace des isolants est l’air , c’est la raison pour laquelle, par exemple,  les oiseaux gonflent leurs plumes en période de froid , emprisonnant de l’air (excellent isolant).

Graisse sous-cutanée :  le tissu adipeux est isolant ( la graisse ne transfère pas la chaleur) .

Système d’échange thermique :  pour éviter la perte de chaleur aux niveaux des extrémités , certains animaux utilisent une méthode à contre courant d’échanges de chaleur . Les artères qui apportent du sang chaud venant du cœur  sont accolées aux veines chargées de sang froid et réchauffent ainsi le sang qui va vers le cœur ( maintien de la température interne) .Ce système est utilisé par les mammifères  à sang chaud( baleines,dauphins,manchots …) mais également par le chien comme on le verra plus loin dans l’article.

echange_thermique

 

La morphologie :  certains animaux ont une conformation corporelle bien adaptée au froid pour éviter des déperditions de chaleur. Par exemple, le renard polaire a un corps compact avec un museau et des oreilles de petites tailles pour éviter au maximum une déperdition de chaleur .

Vasoconstriction :   c’est un mécanisme  que l’on peut voir aux niveaux des extrémités( pieds, mains) chez l’être humain ,par exemple ,exposé à des températures glaciales , en réduisant le flux sanguin à ces niveaux , cela diminue la perte de chaleur .

Production de chaleur ( thermogenèse) :    le frisson ( contraction musculaire involontaire) produit de la chaleur. En brulant les graisses ( métabolisme) , il y a également production de chaleur .

Certains comportements :    le regroupement , se blottir l’un contre l’autre sont des comportements pour diminuer la déperdition  de chaleur ( les manchots par exemple utilisent cette technique )

Voici pour le chien,les différents moyens de lutte contre le froid :

  • Par son pelage : les poils retiennent une couche d’air ( excellent isolant) dont l’importance est fonction de la densité ,de la structure et de la longueur  du pelage. Certaines races sont mieux lotis (poils denses et épais )et plus adaptés au froid  ( Malamute d’Alaska, le Samoyède, le Montagne des Pyrénées, le Saint Bernard, le Husky sibérien , le Terre Neuve ) .Plus les poils sont longs , plus ils seront isolants!
  • Par thermogenèse:  en produisant de la chaleur  ( frisson et métabolisme en brulant les graisses)  .
  • Par le sébum : les glandes sébacés secrètent un liquide gras ( le sébum) qui a un rôle de protection contre le froid. Rend imperméable le pelage et évite l’évaporation de l’eau .
  • Par la graisse sous cutanée : un chien qui a une couche adipeuse ( isolant) sera plus résistant au froid par rapport à un chien maigre .
  • Par système d’échange thermique : aux  niveaux des pattes (voir plus bas )
  • par un comportement:  le chien va exposer un minimum de son corps au températures froides , en s’enroulant sur lui-même ,pattes repliées sous le corps ,les oreilles couchées et la truffe sous la queue .

Il est évident que nos chiens domestiques ,vivant le plus souvent à l’intérieur , sont beaucoup plus sensibles au froid par rapport aux  “chiens sauvages “ .

Toutes les races de chiens ne sont pas égales devant le froid ,comme par exemple les chiens ayant un pelage fin et peu épais (le Chien nu du Mexique, le Chihuahua… )

Comment le coussinet du chien s’adapte t-il au froid ( neige- verglas) ?

Enfin on arrive à la réponse de la question qui nous intéresse Clignement d'œil ……. alors , non le chien ne souffre pas du froid au niveau des coussinets ( du moins jusqu’à une certaine limite)  et ce grâce  à la présence d’échangeurs thermiques au niveau des coussinets .

Comme je vous le précisais en début de cet article , une étude menée par l’équipe d’Hiroyoshi Ninomiya, de l’université de Yamazaki Gakuen à Tokyo  a démontré la présence de  réseaux sanguins au niveau des coussinets des chiens,permettant de réguler la température ( structure que l’on retrouve chez les animaux vivant sous des climats polaires).

A l’aide du microscope électronique à balayage  , cette équipe a étudié la vascularisation du coussinet et a mis en évidence un ensemble de  réseaux de veinules associés à des artérioles  formant des triades ( veinule-artériole-veinule ). Cette triade est un véritable échangeur de température à contre courant (comme expliqué plus haut) . L’artère ,chargée de sang chaud venant du cœur, transmet une partie de cette chaleur aux veines qui remontent le sang “ froid” vers le cœur.

Cet échange de chaleur se fait avant que le sang chaud des artères n’arrive à la surface des coussinets . Le sang des veines ,ainsi réchauffé, ne refroidira pas le reste du corps .

Lorsque le coussinet  est exposé à un environnement froid ,” l’échangeur de chaleur à contre-courant” sert à empêcher la perte de chaleur par redistribution  . Grâce à ces” réseaux”, les pattes sont maintenues à une température   adéquate .

Plus le froid est intense , plus la circulation au niveau de ces réseaux sera importante.

Bien sûr , il y a une limite à ce mécanisme : au delà d’une température de – 35° à l’extérieur ,  cet “échangeur thermique”  n’est plus efficace !

3-2280065-c1a5c717-0c0d-47df-87d8-98b837d87ab0

Réseau veinules-artérioles ( triade)

Remarque :

Chez le chat , ces réseaux veineux peri-artérielle sont moins nombreux  et rend le félin plus sensible au froid à ce niveau par rapport au canin.

Pour conclure sur ce sujet “ le chien souffre t-il du froid aux coussinets?”, je souhaiterais vous donner un dernier conseil :

       Préparez les coussinets de votre chien, avant la période d’hiver et des grands froids , avec une solution tannante  du type SOLIPAT .

Cette solution a pou but de durcir les coussinets, les rendre  plus résistants tout en préservant leur souplesse . 

solipat

Le flacon est muni d’un tampon qu’il faut appliquer sur les coussinets au rythme de :

  • une fois par jour la première semaine
  • ensuite tous les deux jours durant la saison hivernale

N’oubliez pas de couper les poils entre les coussinets , ceux-ci pourraient retenir de la neige et/ou le sel de déneigement occasionnant des lésions parfois très douloureuses .

Commentaires Facebook

7 Commentaires

  1. Bonsoir,
    Je me permet de laisser un commentaire car mon chien (Jack Russel) est terriblement vive et folle. Trop même parfois.
    Ce soir elle a mangé de la crème cicatryl (en faible quantité car nous nous en sommes aperçu) dont ma mère se sert pour ses plaies. En lui enlevant l’emballage de la bouche j’ai vu que la date de péremption n’était plus bonne depuis mai 2014. J’aurai aimé savoir si cela peut être dangereux pour elle ? Car elle mange très souvent n’importe quoi mais là c’était vraiment une première pour de la crème cicatrisante.
    Cordialement.