monkeypox

On vient à peine de quitter la pression suite à la pandémie Covid 19, qu’on nous remet une couche avec une autre maladie infectieuse exotique: la variole du singe (monkeypox) 

Au 21 mai 2022 , 92 cas sont confirmés en laboratoire et 28 cas suspects. Ces cas ont été signalés dans 12 États Membres de l’OMS qui ne sont pas endémiques pour le virus du monkeypox.
En France et en Belgique, il existe des cas confirmés dont les origines ne sont pas clairement établies. Aucun lien de voyage  avec une zone d’endémie n’a été établie . On ne sait pas encore pourquoi cette épidémie inattendue se produit maintenant dans nos pays.

Par contre il a été constaté que  la plupart des contaminations concernent des hommes ayant eu des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH).

Les pays endémiques du monkeypox sont : le Bénin, le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Côte d’Ivoire,le Ghana, le Libéria, le Nigéria, la République du Congo, la Sierra Leone, et le Soudan du Sud.

Cette infection se propage par les animaux (zoonose), mais pensez-vous que seuls les singes et les humains sont à risque ? Qu’en est il pour nos animaux de compagnie ?

Qu’est-ce que le monkeypox (variole du singe)?

Le virus du “monkeypox” fait partie des orthopoxvirus de la famille des Poxviridae. Le nom “monkeypox” a été donné suite à  la découverte initiale du virus chez des singes dans un laboratoire danois en 1958.

C’est un cousin de la variole ou “petite vérole” qui est maintenant éradiquée dans nos pays.

La variole du singe est une maladie infectieuse émergente causée par un virus transmis par des animaux infectés, le plus souvent des rongeurs. Quand une personne est infectée, elle est capable de le transmettre à d’autres personnes.

Mais cette maladie n’a pas tendance à se propager facilement entre humains. Il faut un contact physique étroit avec les lésions, les liquides organiques, les gouttelettes respiratoires de personne infectée. Des matériaux contaminés comme la literie par exemple,  les rapports sexuels peuvent être aussi des voies de transmission.

Les jeunes enfants, les femmes enceintes ou les personnes avec une immunité affaiblie sont les groupes les plus à risque.

La durée d’incubation de la variole du singe est le plus souvent comprise entre 5 à 21 jours.

Les symptômes de la variole du singe chez l’être humain  sont :

  • fièvre
  • maux de tête
  • maux de dos et douleurs musculaires
  • éruption cutanée commençant souvent sur le visage, puis se propageant à d’autres parties du corps, le plus souvent la paume des mains et la plante des pieds.

Cette éruption peut être  irritante ou douloureuse, passe par différentes étapes avant de former finalement une croûte. Les lésions peuvent provoquer des cicatrices.

L’infection disparaît généralement d’elle-même et dure entre 14 et 21 jours.

En signalant la variole du singe , les médias ont éveillé une certaine crainte auprès de la population . Beaucoup connaissent l’existence d’épidémies de variole ou “petite vérole” ,jusqu’ au 18e siècle, faisant  des dizaines de milliers de morts par an (rien qu’en Europe) . 

Grâce à la vaccination obligatoire mise en place dès 1958 , la variole a été éradiquée en 1980 dans nos pays. En Belgique par exemple, cette vaccination obligatoire contre la variole a été abandonnée dans les années 70.

Les espèces et le monkeypox

Les orthopoxvirus se propagent entre espèces et il existe donc un risque potentiel pour nos animaux de compagnie.

Pour l’homme

Le premier cas de  monkeypox humain a été identifié en République démocratique du Congo (Zaïre) en 1970. Dans l’hémisphère occidental, c’est en juin 2003 ,qu’il a été identifié dans le Midwest américain  la première infection humaine .

Cette épidémie de 2003 aux États-Unis a été causée par des chiens de prairie infectés à partir de rongeurs africains importés ( voir plus bas)

Le “monkeypox” est une maladie relativement bénigne  avec très peu de cas de décès (principalement en Afrique). Les symptômes sont similaires à ceux de la variole, quoique généralement plus légers.

Le virus Monkeypox est un virus connu depuis longtemps et nous avons des moyens pour bien le contrôler.

  • isolement des personnes contaminées 
  • Traçage et surveillance des personnes ayant été en contact avec un contaminé : pendant trois semaines suivant le contact, port du masque et ne pas côtoyer les personnes à risque. 
  • Pour le personnel soignant : usage du masque, de gants et de blouse de protection à usage unique – désinfection 
  • vaccination avec le vaccin contre la variole ( 3e génération) : 82% d’efficacité

Pour le chien et le chat

Jusqu’à maintenant (2022), il n’ y a eu aucun cas de monkeypox signalé chez le chien ou le chat . On peut suggérer que les carnivores ne sont pas de bons hôtes pour le virus de la variole du singe.

Pour les rongeurs

La par contre, le virus monkeypox semble être très à l’aise chez beaucoup d’espèces de rongeurs.

L’épidémie de 2003 dans 6 États américains (l’Illinois, l’Indiana, le Kansas, le Missouri, l’Ohio et le Wisconsin) a été causée par l’importation d’une cargaison de mammifères ( dont des rongeurs) du Ghana.  Importés au Texas en avril 2003 auprès d’un distributeur d’animaux , 3 types de rongeurs ont introduit le virus de la variole du singe aux États-Unis.

2 rats géants de Gambie, 9 loirs africains et 3 écureuils à corde infectés par le virus de la variole du singe l’ont ensuite transmis à des chiens de prairie qui vivaient à proximité dans une animalerie de l’Illinois. 

Ces chiens de prairie infectés  ont ensuite contaminé des humains avec lesquels ils sont entrés en contact. Les chiens de prairie sont considérés comme des animaux de compagnie aux USA.

Sur 72 cas signalés, 37 cas humains ont été confirmés en laboratoire comme étant le monkeypox humain lors de l’épidémie de 2003 aux États-Unis. Il n’y a eu aucun décès et seuls deux enfants ont eu une pathologie grave: le premier enfant présentait une encéphalite sévère, tandis que le deuxième enfant présentait une lymphadénopathie cervicale et amygdalienne profonde et douloureuse avec des lésions diffuses de variole.

Il est probable que certaines espèces de rongeurs soient capables de transmettre l’infection à l’homme et d’être infectées par l’homme. Les souris blanches sont les plus vulnérables.

Comme pour les souris blanches,les lapins sont sensibles au monkeypox et  les jeunes sont plus sensibles que les adultes.

Mais le rôle éventuel des lapins dans la transmission de l’infection à l’homme n’est pas clair. Lors de l’éclosion bien étudiée de 2003 aux USA, les lapins ne présentaient aucun risque pour la santé humaine.

Il est à noter que d’après certaines études, les cobayes et les hamsters sont fonctionnellement immunisés contre l’infection par le monkeypox.

Quels sont les symptômes pour les animaux sensibles et infectés par le monkeypox ?

Cela dépend de nombreux facteurs :

  1. la manière dont ils ont été infectés 
  2. leur voie d’exposition au virus
  3.  leur âge
  4. leur état de santé 
  5. l’espèce.

Pour les Primates non humains (singes, lémuriens, loris)

Le symptôme le plus courant est une éruption cutanée, un peu comme  chez l’homme.

Les jeunes animaux et les nouveau-nés sont plus à risque de complications ou de maladies plus graves, mais celles-ci peuvent survenir chez les animaux de tout âge. 

Comme autres symptômes: un nez qui coule, une perte d’appétit, des plaies et un gonflement au niveau de la bouche, et parfois des difficultés respiratoires peuvent être observés.

Pour les Rongeurs et lapins

Suite à l’infection, ces animaux développent généralement :

  • de la fièvre
  • une irritation des yeux (conjonctivite)
  • des symptômes respiratoires (toux et écoulement nasal) 
  • des symptômes non spécifiques tels que léthargie et perte d’appétit.

En règle générale , les animaux infectés au monkeypox se rétablissent complètement .

Il peut arriver des graves complications entraînant la mort , notamment chez des animaux immunodéprimés ou de jeunes animaux.

Quel est vraiment le risque pour nos chiens ou chats ?

Nous savons que les animaux domestiques peuvent nous transmettre des virus apparentés au monkeypox . Par exemple , des cas de Cow Pox ( la vaccine) transmis par  le chat aux être humains ont été signalés dans plusieurs pays , notamment en Europe occidentale. 

Les petits  rongeurs sont les principaux réservoirs du Cow Pox . Le chat peut être contaminé par un de ces rongeurs . L’homme peut être contaminé soit par manipulation de ces rongeurs ou soit par griffure de chat contaminé ( Zoonose) .

On pourrait suggérer que nous pouvons aussi transmettre des maladies virales tel que le monkeypox à nos animaux de compagnie  

Pour cette épidémie de 2022 , on constate, jusqu’à présent, que les  transmissions de monkeypox  semblent être d’homme à homme, avec peu ou pas de rôle pour les animaux. 

Je vous rappelle, qu’à ce jour, aucun cas de monkeypox n’a été signalé chez le chien ou le chat.

Aussi, pour le monkeypox,  il n’y a aucune raison d’éviter tout contact avec vos animaux de compagnie , sauf si vous êtes vous-même malade ou un contact à risque ( toute personne qui a été mise en contact avec une personne déclarée malade de la variole du singe).

Toutes ces personnes doivent renoncer à voyager et éviter tout contact pendant 21 jours  avec des personnes immunodéprimées, des femmes enceintes et des enfants de moins de 12 ans.

Pour les propriétaires de rongeurs ( cochon d’inde, gerbille, rat, souris, hamster,…) , il est conseillé d’isoler ces animaux  de compagnie s’il y a des personnes atteintes ou à risque de monkeypox dans la maison  et ce  pendant 21 jours.

Et si je pense que mon animal peut être infecté par le monkeypox ?

Contactez alors votre vétérinaire et signalez lui  que vous craignez que votre animal n’ait des signes  de monkeypox.

Il vous donnera les mesures  de protection adéquates pour assurer une visite sécurisée de votre animal .

Il ne faut pas tomber dans une paranoïa, mais la prudence est toujours préférable  jusqu’à ce que nous en sachions plus sur l’impact de ce virus et de son mode de contamination lors de cette épidémie de 2022.