MALADIE-DE-LYME-CHEZ-LE CHIEN

L’idée de vous parler de la maladie de Lyme chez le chien m’est venue suite à une consultation d’un chien appartenant à une propriétaire atteinte de séquelles de maladie de Lyme. Bien que le motif de la consultation du chien n’avait rien à voir avec cette maladie, nous avons échangé de longues minutes à la fin de la consultation sur la maladie de Lyme chez le chien.

Je dois vous avouer que j’ai été impressionné par les séquelles neurologiques dues à cette maladie chez cette jeune femme d’une trentaine d’années.

Aussi, je vais vous parler de la maladie de Lyme chez le chien sous forme de questions-réponses, en incorporant de temps en temps des informations sur la maladie de Lyme chez l’être humain

Comment définir  la maladie de Lyme chez le chien ?

La maladie de Lyme est une maladie bactérienne transmise par certains types de tiques qui appartiennent tous à la famille des IXODES.

C’est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle se transmet de l’animal à l’homme et réciproquement ! Pour être précis, c’est une zoonose de classe III : la transmission se fait entre une tique et de multiples réservoirs vertébrés que l’on appelle les hôtes.

On appelle aussi cette maladie la « borréliose », en rapport au type de bactérie transmise par les tiques : le genre Borrélia.

En Europe, on a tendance à appeler la maladie « borréliose », tandis qu’aux Etats Unis on l’appelle la « maladie de Lyme » en l’honneur de la ville où a été décelés les premiers cas dans les années 70.

Depuis 1990, la borréliose est en pleine expansion dans nos contrées (hémisphère Nord) et est caractérisée par ses symptômes vagues. Le plus grand défi pour les praticiens humains ou vétérinaires est de la diagnostiquer et de la traiter avant qu’elle ne fasse de dégâts irréversibles.

La maladie de Lyme ou borréliose est présente dans beaucoup d’espèces : homme, chien,cheval,mouton,vache,cerf,chevreuil…

Cependant, la maladie de Lyme canine diffère sensiblement de la borréliose humaine. Nous allons le voir dans les questions suivantes.

D’où vient cette appellation « maladie de Lyme »?

En 1975, plusieurs cas  dermatologiques (érythème chronique migrant) suivis d’épisodes d’arthrite furent observés sur des enfants à Lyme, ville dans le Connecticut (USA).

On savait que ces signes étaient consécutifs à une morsure de tique, mais on ignorait encore l’agent responsable de cette pathologie : était -ce un virus, une bactérie ou un parasite ?

En 1985, un bactériologiste américain, Willy Burgdorfer, découvre la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

C’est pour ces raisons que l’on nomma cette pathologie « la maladie de Lyme », en l’honneur de la ville où fut décrit pour la première fois les signes cliniques de cette maladie.

La bactérie responsable est un spirochète , du genre Borrelia nommée Borrelia burgdorferi en l’honneur de celui qui l’a découvert !

Que sait on de cette bactérie Borrelia, responsable de la maladie de Lyme chez le chien. ?

Le Genre Borrelia appartient au groupe des spirochètes qui contient des centaines d’espèces de bactéries. Les spirochètes sont tous de formes hélicoïdales.

borrelia

Dans ce groupe de spirochètes, on retrouve aussi le genre Leptospira responsable de la leptospirose.

Le genre Borrelia est divisé en deux sous-groupes :

  • Groupe des fièvres récurrentes: maladies dues a certains types de Borrelia et que l’on observe aux USA, Canada, Amérique du sud, Amérique centrale et dans le bassin méditerranéen.
  • Groupe des borrelioses (Lyme):

Ici on parle de Borrelia Burgdorferi sensu lato (au sens large) qui regroupe plusieurs types de Borrelia responsable de la maladie de Lyme dans différents continents. On compte plus de 20 espèces de bactéries différentes dont 7 en Eurasie.

En France il existe à l’heure actuelle (2018) trois Borrelia pathogènes :

  1. Borrelia burgdorferi sensu stricto (sens strict), qui est responsable de 90% de la maladie de Lyme chez le chien avec atteintes au niveau des articulations (arthrites) !
  2. Borrelia garinii : plutôt associée à des atteintes neurologiques chez l’homme
  3. Borelia afzelii : liée à des atteintes dermatologiques chez l’homme.

Caractéristiques de Borrelia 

Je vais décrire brièvement ces caractéristiques, mais elles sont importantes et expliquent pourquoi cette bactérie est difficile à traiter et à diagnostiquer.

  • Très mobile: grâce à ses flagelles à chaque pôle, Borrelia peut se déplacer rapidement surtout dans le fluide visqueux tel que le liquide synovial .Là où d’autres bactéries ne peuvent pas se mouvoir. Cette mobilité est véritablement un facteur de virulence !
  • Sous différentes formes dans l’organisme infecté :

Borrelia a la particularité de se présenter sous différentes formes qui ont chacune des rôles biens précis.

Cinq formes différentes :

  1. La forme caractéristique spiralée: pour se déplacer et se reproduire.
  2. La forme kystique: permet de résister à des conditions défavorables (se protège des antibiotiques et du système immunitaire de l’hôte)
  3. « Forme L » : mais ne signifie pas la forme en L mais au contraire elle est ronde, L signifie  « Large bodie » 
  4. forme intra-cellulaire : à l’intérieur même des cellules de l’hôte.
  5. Sous forme de bio-films: amas de bactéries recouverts de fibrine.biofilm borrelia
  • Métabolisme particulier : sa croissance est optimale dans un milieu où la pression en oxygène est réduite (milieu anaérobie). Il est très difficile de cultiver in Vitro cette bactérie, de ce fait cette méthode de diagnostic est peu pratiquée.
  • Structure antigénique bien particulière : Borrelia a la particularité de modifier et d’adapter sa structure antigénique au cours de son cycle. Cette modification lui permet de s’adapter aux hôtes et d’échapper à leurs systèmes immunitaires.
  • Ne survit pas dans le milieu extérieur : mais Borrelia peut persister deux à trois mois dans du sang défibriné.

 Ces différentes caractéristiques confirment la difficulté de diagnostiquer et de traiter Borrelia ! Elles lui permettent d’échapper au système immunitaire de l’hôte et de résister aux traitements d’antibiotiques classiques.

C’est une bactérie « sournoise », avec de grandes capacités d’adaptation et de transformations.

Que sait-on de l’agent de transmission de la maladie de Lyme : la tique ?

C’est la tique de la famille IXODES qui transmet la maladie de Lyme ou borréliose.

C’est un acarien, dépourvu d’yeux, qui vit principalement dans les bois ou forêts (animaux sauvages) où règne un certain degré d’hygrométrie. On peut la trouver aussi dans les prairies où ils parasitent les mammifères domestiques et/ou les rongeurs. 

La tique Ixodes ne vit pas au-delà de 1500 mètres et n’aime pas les températures en dessous de 7°et supérieur à 25°. A ces températures, elles restent inactives au sol.

Cycle de vie

ixodes-cycle-de-vie

A chaque stade, pour se nourrir (repas de sang), les hôtes sont différents :

Larves : se nourrissent sur rongeurs, oiseaux sauvages, même serpents.

Nymphes : ont une préférence pour les oiseaux mais peuvent se contenter des mammifères.

Adultes : se nourrissent presqu’exclusivement sur grands mammifères ( cerf,chevreuil,moutons,vache,chevaux,chien ,..) parfois l’homme.

Un cycle complet prend en moyenne 3 ans (1 an pour chaque stade) mais peut aller de 2 à 6 ans.

On trouve la tique de la famille IXODES dans le monde entier, en Europe on a principalement Ixodes ricinus et Ixodes persulcatus.

  1. Ixodes ricinusixodes-ricinus

Selon la latitude, on peut trouver ce type de tique dans différents biotopes :

  • Dans les prairies en Irlande par exemple
  • A proximité du sol dans les forêts, bois, prairies près de zones boisées en Europe continentale.
  • Dans les montagnes en Afrique du nord.

Il faut imperativement une humidité relative supérieur à 80% pour que Ixodes puisse se développer et survivre.

En Europe, ce sont les cervidés (daims,chevreuils,cerfs,rennes) qui sont les hôtes les plus infestés et qui maintiennent la population d’Ixodes ricinus.

En France, c’est la région Nord Est qui est la plus touchée, dû à la présence de zones forestières à forte densité de cervidés.

  1. Ixodes persulcatus

Egalement appelée «  tique de la Taïga », on la trouve de l’Europe jusqu’à l’Est du Japon.

ixodes persulcatus

Les chiens de nos régions sont contaminés par deux types de tiques : principalement par Ixodes Ricinus et accessoirement par Rhipicephalus sanguineus.

Comment la tique s’infecte par la bactérie de la maladie de Lyme 

C’est lors d’un repas de sang sur un vertébré contaminé que la tique se contamine. Ce repas peut durer 96 heures  et c’est dans les premières 24 heures que la bactérie Borrelia se multiplient dans son hémolymphe ( c’est l’équivalent du sang chez l’arthropode) .

Ensuite la bactérie migre dans l’intestin de la tique et se fixe grâce à deux de ses  protéines de surface (OspA et OspB). Cette adaptation permet à la bactérie de résister au métabolisme de la tique et à ses différentes mues.

Quand je vous disais que Borrelia est remarquable par sa capacité d’adaptation, vous en avez encore une preuve.

Comment le chien se contamine par la bactérie responsable de la borréliose ?

C’est une tique infectée, lors d’un repas sanguin, qui va contaminer le chien.

Cela se passe en deux phases :

  1. Phase lente: Au cours des 24 à 48 premières heures de la fixation de la tique sur le chien à l’aide de son rostre, les bactéries Borrelia vont se multiplier au niveau de l’intestin de la tique. Borrelia va alors utiliser une de ses protéines de surface (Osp C) pour percer la paroi de l’intestin et emprunter l’hémolymphe pour migrer jusqu’au glandes salivaires de la tique.
  2. Phase plus rapide: la tique transmet les bactéries au chien par sa salive au cours du repas sanguin.
  3. Ensuite les bactéries se disséminent dans différents organes, notamment les articulations (provoque de l’arthrite).

Chez le chien, la présence des bactéries dans le sang est transitoire.

Remarque importante :

La tique doit rester fixer sur le chien pendant au moins 36 à 72 heures pour inoculer la bactérie Borrelia. Cela justifie le conseil de prévention d’inspecter votre chien tous les jours à la recherche de tique(s). Si cette inspection quotidienne est soignée et rigoureuse, on diminue fortement les chances de contamination du chien par Borrelia !

Quels sont les symptômes de la maladie de lyme chez le chien ?

La maladie de Lyme chez le chien est caractérisée par une période d’incubation longue, c’est-à-dire la période entre le début de contamination et l’expression des débuts des symptômes. Elle est de 2 à 5 mois !

Deuxième point important :

90% des chiens contaminés ne présenteront AUCUN symptôme.

Ce sont des chiens qui ont été exposés à la bactérie Borrelia mais qui n’ont pas développé des symptômes, on les appelle les séropositifs !

Le sang de ces chiens séropositifs contient des anticorps spécifiques contre la bactérie Borrelia.

Signe caractéristique :

Le symptôme caractéristique de la maladie de Lyme chez le chien est l’arthrite (inflammation de l’articulation) . Bien souvent, c’est au niveau du carpe ou du jarret que cette inflammation se déclare : boiterie, douleur, gonflement.

On peut parfois observer des inflammations à différentes articulations, on parle alors de polyarthrite.

L’origine de cette inflammation est probablement liée à la présence d’immuns-complexe au niveau de l’articulation (d’origine immunitaire).

Un immun-complexe est constitué par un antigène et un anticorps qui peut se précipiter au sein des tissus. C’est un des mécanismes de défense du système immunitaire qui dans ce cas-ci est un  processus auto-immun, c’est-à-dire que le patient induit des réactions immunitaires contre ses propres tissus.

Le vétérinaire face à une arthrite ou une polyarthrite sur un chien, se doit de se renseigner sur une éventuelle exposition aux tiques auprès des propriétaires pour ne pas omettre l’hypothèse d’une Borréliose dans son diagnostic différentiel.

Signes qui peuvent être présents  

En phase aigüe :   on peut avoir un syndrome fébrile : fièvre, abattement, perte d’appétit voir le chien ne mange plus du tout (amaigrissement).

Adénopathie : inflammation des ganglions lymphatiques localement ( endroit où il y a une inflammation)

Parfois le chien souffre de vomissements lors d’atteinte de maladie de Lyme

En phase chronique : boiteries mais moins sévères, myopathies (difficulté de se déplacer)

Troubles cardiaques : myocardite, bloc auriculoventriculaire.

Troubles neurologiques : signes de méningite, d’encéphalite

Néphrite (néphrites de Lyme) : c’est une inflammation rénale qui est relativement rare mais fatale. A nouveau, ce sont des dépôts d’immuns complexes qui se précipitent au niveau des glomérules rénaux et provoquent une insuffisance rénale irréversible.

Une autre manière d’expression des symptômes de la maladie de Lyme chez le chien est la suivante :

  1. Au début de l’infection, on constate de la fièvre jusqu’à 40.5°C, de l’inappétence ainsi que de l’abattement pendant 1 ou 2 jours.
  2. Après cette première phase de l’infection, pendant plusieurs semaines (voir plusieurs mois) les chiens sont asymptomatiques.
  3. Après cette phase asymptomatique, les chiens peuvent boiter pendant quelques jours avec des signes d’arthrites qui peuvent siéger sur une ou plusieurs articulations. Ou bien ils peuvent montrer des signes de néphropathie (protéinurie ) 

Ceci confirme  la difficulté du diagnostic de cette pathologie,  car les signes cliniques peuvent être vagues et s’exprimer plusieurs semaines voir mois plus tard. Les praticiens ne pensent pas toujours  à cette pathologie …

Remarque :

Chez le chien, le signe dermatologique caractéristique de l’infection chez l’être humain (l’érythème chronique migrant) n’a jamais été décrit.

Chez l’être humain, on a une lésion annulaire, non inflammatoire et peu prurigineuse centrée par le point de piqûre de la tique. Cet anneau évolue de façon centrifuge et peut atteindre jusqu’à  10 cm de diamètre. On appelle cette lésion dermatologique «  l’œil de bœuf ».

Pas de symptômes dermatologiques chez le chien.

Chez le chien, quels sont les moyens de diagnostic de la maladie de Lyme ?

Le diagnostic  de la Borreliose est difficile. Pourquoi ?

  • Ses symptômes peuvent faire penser à beaucoup d’autres maladies
  • il existe plusieurs espèces de Borrelia en Europe
  • difficile de savoir où Borrelia se loge dans l’organisme
  • difficile de tracer Borrelia lors de sa migration dans l’organisme

En médecine humaine

Peut-être avez-vous été sensibilisé par la polémique l’année dernière (2017) concernant la fiabilité des tests utilisés  pour le dépistage de la maladie de Lyme chez l’être humain ?

Cette polémique était axée sur les raisons d’utiliser encore des tests  homologués peu fiables alors qu’ils existent des tests non officiels peut-être plus fiables !

Même des tests fantaisistes étaient proposés par des professionnels peu scrupuleux face à la demande de patients en désarroi. ( procès de Colmar 14 décembre 2017)

En effet, beaucoup de personnes diagnostiquées négatives par les tests officiels sont persuadés d’être atteint par la maladie de Lyme et cherchent, par leurs propres moyens, des tests alternatifs pour confirmer leur pathologie.

Peut-être aussi avez-vous lu ou entendu le cas en 2017 d’une patiente du Cantal qui a dû utiliser un test vétérinaire ( PCR) dans un labo vétérinaire (en se faisant passer pour son chien) pour confirmer sa contamination par la bactérie de Lyme . Jusque-là, les tests sérologiques officiels l’avait toujours confirmée négative !

Pourquoi ?

Les tests sérologiques officiels de diagnostic de maladie de Lyme pour l’être humain ne sont pas fiables car il y au moins 5 à 6 espèces différentes de Borrelia. Or les tests utilisés ne permettent pas de reconnaître tous les anticorps possibles de Borrelia et on peut passer ainsi à côté du diagnostic.

De plus comme je vous l’ai précisé plus haut, la bactérie Borrelia a la particularité d’être très sournoise et est capable de passer relativement inaperçue  des mécanismes de défenses de l’organisme. Il y aura donc moins de production d’anticorps et les tests reviendront négatifs à tort.

Le manque de fiabilité des tests officiels, l’existence de plusieurs variétés de bactérie Borrelia, la redoutable adaptation de la bactérie Borrelia dans l’organisme et la sous-information de certains praticiens sont responsables du sous diagnostic de la maladie de Lyme de l’être humain en France (2017).

Qu’en est-il en médecine vétérinaire

Pour confirmer sa suspicion de Borréliose chez un chien, le vétérinaire peut faire appel à ces différentes étapes :

  1. Anamnèse : il va questionner le propriétaire sur le mode de vie du chien (environnement, voyages, promenades en bois,…) et sur une éventuelle présence de tique(s) sur l’animal
  2. Signes cliniques: comme signalé plus haut, face à une boiterie due à une (poly)arthrite, on doit inclure la maladie de Lyme dans le diagnostic différentiel. Les autres symptômes possibles en phase aigüe (fièvre, adénopathie, perte d’appétit, amaigrissement,…) ne sont pas assez spécifiques pour confirmer un diagnostic de Borréliose.

Dans la forme chronique, les symptômes neurologiques et rénaux peuvent faire suspecter une atteinte de la borréliose.

  1. TESTS SANGUINS: ce sont des tests sérologiques qui cherchent dans le sang (sérum) les anticorps produits par le système immunitaire pour lutter contre la bactérie. Au sein de sa clinique, le vétérinaire peut réaliser des tests qui peuvent confirmer le passage de la bactérie au sein de l’organisme d’un chien. Il y a le dépistage 4DX (IDEXX) .

Il a aussi le test de suivi quantitatif C6 (de QC6) (IDEXX) qui permet de voir l’efficacité d’un traitement mis en place.(Voir plus bas !)

  1. Test PCR (Polymerase Chain Reaction) : test réalisé dans un laboratoire vétérinaire spécialisé qui détecte la présence d’ADN des différents types de Borrelia dans différents échantillons comme le sang, liquide synovial, biopsie cutanée,… C’est une technique sophistiquée d’amplification de l’ADN. C’est un test relativement fiable et sensible mais ne permet pas, en cas de positivité, de confirmer si la bactérie est vivante, morte ou en cours de désintégration.

L’avantage de ce test réside dans le fait qu’elle peut se faire dans la phase aigüe ( dans les jours suite à l’infection) contrairement aux tests sanguins sérologiques où il faut attendre la production d’anticorps et la réponse à ce test est rapide , dans les 3 heures.

  1. Analyse du liquide articulaire et du liquide cephalo-rachidien

En cas d’arthrite, on peut analyser  le liquide synovial pour rechercher la présence des bactéries Borrelia .

Devant des symptômes neurologiques, on peut faire une analyse du liquide céphalo rachidien ( LCR) .

 

Comme vous pouvez le constater, le diagnostic de la maladie de Lyme  en médecine vétérinaire est un peu plus aisé grâce à des tests plus fiables qu’en médecine humaine. Encore faut-il y penser en présence de signes cliniques peu spécifiques !Rappelez-vous de la longue période d’incubation ( 2 à 5 mois)

En résumé, voici les critères qui peuvent fortement faire suspecter la contamination d’un chien  par la bactérie de la maladie de Lyme :

  1. présence d’une tique d’espèce Ixodes engorgée sur un chien
  2. Signes cliniques corrélés avec la maladie de Lyme (arthrite,température,anorexie, adenopathie,..)
  3. résultat positif au test 4DX SNAP d’IDEXX
  4. vit ou a visité une région endémique pour la maladie de Lyme

 

Vous l’avez compris, les cas subliniques (signes cliniques discrets) seront les plus difficiles à diagnostiquer.

Dans les régions à risques, il est conseillé de faire systématiquement le test sanguin 4DX une fois par an !

Précisions sur le test sérologique  à disposition des vétérinaires

Snap 4DX Plus ( laboratoire Idexx)

Le test SNAP 4Dx canin est un test diagnostic permettant la détection d’antigènes de Dirofilaria immitis ( Dirofilariose) et d’anticorps dirigés contre Anaplasma phagocytophilumn( Anapalsmose), Borrelia burgdorferi (anticorps anti-C6) et Ehrilichia canis( Ehrlichiose) dans le sérum, le plasma ou le sang entier canin.

Ce test permet de diagnostiquer 4 maladies chez le chien dues aux tiques et moustiques.

maladie-de-lyme-chez-le-chien

En ce qui concerne la maladie de Lyme, il détecte  les anticorps ( anti C6)confirmant le passage de la bactérie Borrelia Burgdorferi .

Ce test permet donc la recherche d’anticorps anti-C6, indicateurs d’une infection naturelle par Borrelia burgdorferi.

Ces anticorps anti-C6 apparaissent 3 semaines après l’infection, c’est-à-dire une semaine plus tôt que les autres anticorps spécifiques (IgG et IgM)

Chez le chien, les anticorps anti Borrelia Burgdorferi ( IgG et IgM) ne sont détectables que 4 à 6 semaines après infection Par contre, ces anticorps peuvent persister plus d’un an. Mais leurs détections ne permettent pas de faire la différence entre une infection  naturelle et les anticorps liés à la vaccination.

Ce test rapide (moins de 15 minutes) permet au praticien vétérinaire de confirmer si les signes cliniques présentés par un chien peuvent être expliqués par une infection à Borrelia burgdorferi, sans risque de faux-positif dû à la vaccination.

Cela avec une grande sensibilité et fiabilité.

On conseille de faire ce test au moins une fois par an dans les régions à risque.

Test Quant C6 ELISA

C’est un test, effectué au laboratoire Idexx , qui confirme l’infection par Borrelia Burgdorferi.

Quand le test Snap 4DX  est positif, il est bon de faire un test quantitatif C6 Elisa pour savoir s’il faut envisager un traitement ou s’il faut faire un diagnostic différentiel et répéter le test 3 à6  semaines plus tard.

Si le résultat est supérieur à 30U/ml, alors il faut mettre le chien sous traitement d’antibiotique.

Il faut refaire un test Quant C6 3 à 6 mois plus tard pour confirmer l’efficacité du traitement. Si le titre sérique initial a chuté d’au moins de 50%, alors on considère que le traitement est efficace.

Ce test est donc surtout utilisé pour confirmer l’efficacité d’un traitement. Cela demande deux prises de sang, une au début du traitement prescrit et une 3 à 6 mois après pour confirmer son efficacité.

Quel est le pronostic pour un chien atteint de la maladie de Lyme ?

Au plus tôt un chien atteint de maladie de Lyme est diagnostiqué, au plus les chances de guérison sont présentes.

En revanche, si le chien est diagnostiqué à un stade avancé de la maladie, la guérison sera difficile et longue. De plus de graves lésions irréversibles sont possibles au niveau du système neurologique, cardiaque et rénal.

Pour un chien atteint, il est conseillé de faire des tests de contrôle réguliers :

  • Test de confirmation QC6 pour valider l’efficacité du traitement.( tous les 3 mois)
  • Une analyse d’urine (tous les mois) pour savoir si le chien n’excrète pas des protéines dans ses urines (protéinurie) et déceler les prémices d’une néphrite de Lyme souvent fatale pour l’animal.

Pour les chiens séropositifs mais sans signes cliniques, il est conseillé également de faire ces tests, notamment la recherche d’une protéinurie afin d’appréhender une éventuelle néphrite de Lyme.

Quel est le traitement conseillé pour un chien atteint de la maladie de Lyme ?

  1. Pour lutter contre la bactérie Borrelia , la doxycycline est l’antibiotique de choix .

La Doxycycline doit être donnée à la dose de 5mg/Kg deux fois par jour pendant 30 jours minimum.

Noms commerciaux : Ronaxan*, Doxyval*,….

Précaution :

  • certains chiens peuvent être allergiques à la doxycycline.

Les effets secondaires tels que nausées, vomissements, perte d`appétit et diarrhée sont les principaux signes que l’on peut observer lors de cette allergie. Si c’est le cas, il faut le signaler au vétérinaire traitant pour qu’éventuellement il change la molécule (ampicilline ou amoxicilline).

  • Durant le traitement, ne donnez pas de produits laitiers qui ont tendance à réduire l’absorption de la doxycycline  la rendant moins efficace.
  1. En cas d’arthrite ou de synovite, un anti-inflammatoire (AINS) est prescrit pour diminuer la douleur.

Metacam*,…

  1. En cas de protéinurie, un traitement approprié est mis en place à base de :
  • IECA: Enacard*,Fortekor* ,Nelio*,Prilium*,Vasotop*,Virbakor*,…
  • Omega3 :
  • Immunosuppresseurs :
  • Régime alimentaire approprié
  • Eventuellement fluidotherapie
  • Aspirine à faible dose

J’insiste sur le fait de faire des contrôles réguliers  pour confirmer l’efficacité du traitement. Votre vétérinaire vous précisera le planning de ces contrôles que je vous conseille de bien observer.

Quelles sont les mesures préventives pour le maladie de Lyme du chien ?

Pour éviter au chien d’être atteint par la maladie de Lyme, il y a 3 mesures préventives possibles :

  1. Inspection de l’animal

Il est vivement conseillé d’inspecter quotidiennement son chien, de manière rigoureuse, à la recherche de ce parasite sans oublier les plis dans les oreilles, entre ses coussinets, au niveau du cou, sous sa queue et les aisselles.

Comme précisé plus haute, la tique Ixodes doit rester fixé au moins 48 heures sur le chien pour transmettre la borréliose. En étant rigoureux et ponctuel sur son inspection, vous diminuerez fortement les chances de contamination.

Je vous conseille de mettre des gants pour inspecter votre chien, car les tiques transportent des agents infectieux qui peuvent entrer dans votre circulation sanguine à travers de petites lésions cutanées (fissures ou ruptures dans la peau)

Pour enlever facilement la tique ,je vous conseille d’utiliser le crochet anti-tiques O’TOM .

Ensuite désinfectez la zone de morsure avec un antiseptique cutané.

  1. Lutte contre les tiques en utilisant des antiparasitaires actifs

En utilisant des antiparasitaires actifs contre les tiques sous forme de spot-on, colliers, sprays ou shampoings

Il est peut être difficile de s’y retrouver dans la grande liste de produits commercialisés contre les tiques et puces, mais votre vétérinaire et son équipe pourront vous conseiller et argumenter sur leurs choix .

Je vous donne une liste de produits dont je connais l’efficacité contre les tiques :

Une pipette tous les 20 jours. 4 semaines d’action contre les tiques Rhipicephalus sanguineus et Ixodes ricinus.

advantix chien

  • SERESTO COLLIER* : excellent produit à base d’imidaclopride et de flumethrine. Ce collier a une action létale et répulsive contre les larves, nymphes et les tiques adultes dès 2 jours après l’application.

il est actif contre les tiques durant 8 mois.

  • CERTIFECT* ( merial) : pipette spot-on avec l’association de Fipronil,(S)- Methoprene -Amitraz . L’efficacité de ce produit notamment sur les tiques vient de la synergie entre l’amitrazqui potentialise le fipronil.  Le Certifect commence à tuer les tiques 2 heures après son application garantissant ainsi un faible risque de transmission de la maladie de Lyme.
  1. Vaccination

Il existe un vaccin disponible commercialisé par Merial (MERILYM*).

vaccin-merilym

Ce vaccin produit des anticorps ( anti-OspA) contre Borrelia burgdorferi.

Mécanisme du vaccin :

Lorsque la tique fait son repas de sang sur un chien vacciné, les anticorps anti OspA, présents dans le sang du chien, vont se lier aux protéines OspA de la membrane  de la bactérie et va ainsi réduire la migration de Borrélia  vers les glandes salivaires de la tique.

Mode d’administration :

La première injection peut se faire à partir de 3 mois (12 semaines).

La première année, deux injections à 3*5 semaines d’intervalle.

Rappel annuel.

Efficacité du vaccin :

L’efficacité de ce vaccin est  estimée à environ 60-70%. Il a été observé des chiens développer la maladie de Lyme, alors qu’ils étaient vaccinés.

Précautions :

  1. Ce vaccin est connu pour solliciter le système immunitaire avec des possibles graves réactions secondaires, y compris des maladies auto-immunes.

Boiteries (arthrite), léthargie, néphrite (inflammation des reins)  peuvent être dues à un dérèglement du système immunitaire induit par le vaccin. On voit surtout ces réactions dans les races de chiens prédisposés à des pathologies auto-immunes. L’OspA utilisée dans le vaccin est de nature pro inflammatoire,  cette protéine sensibilise l’animal et peut être responsable de la formation d’immuns-complexes qui peut être à l’origine de la néphrite de Lyme et de l’arthropathie de Lyme.

Il est probable que la vaccination participe à la pathogénie de ces maladies et qu’elle induise ces maladies plutôt que de les prévenir !!!

Pour ces chiens prédisposés à des maladies d’origine immunitaire, la vaccination n’est pas conseillée !

Pour connaître les races prédisposées, je vous conseille d’en parler avec votre vétérinaire. On peut citer : l’Akita Inu, le Cocker Spaniels, le Chow Chow, le Collie, le Teckel,le Doberman, le caniche, le bobtail, le setter irlandais, le pinscher nain, le border collie….

  1. Choc anaphylactique:  il est possible que ce vaccin , comme d’autres vaccins, induise un choc anaphylactique qui doit être traité en toute urgence.
  2. Pour les chiens séropositifs et sans signes cliniques : la vaccination peut être risquée surtout si le titre d’anticorps est déjà très élevé. Son efficacité est mise en doute et il existe de gros risques de réactions secondaires.  Actuellement (2018), il vaut mieux ne pas vacciner des chiens séropositifs en attente de résultats d’études en cours.

Traiter le chien avant la vaccination et utiliser un  certain type de vaccin (vaccin recombinant), cette pratique  pourraient être la solution pour les chiens séropositifs.

 

Petite remarque : ce vaccin (MERILYM*) est un moyen de prévention contre la maladie de Lyme mais en aucun cas  elle n’empêche la tique de se fixer sur l’animal ! Cela peut paraître évident pour beaucoup d’entre vous , mais je peux vous assurer que certains propriétaires étaient ou sont persuadés de ce fait.

Conclusion sur la vaccination:  

La vaccination contre la maladie de Lyme est controversée, vu les réactions secondaires possibles. Dans les régions endémiques, elle peut être conseillée en prévention pour les chiens en bonne santé, séronégatifs et ne faisant pas partie des races prédisposées pour les pathologies auto-immunes.

La vaccination ne doit pas remplacer la lutte contre les tiques (inspection et antiparasitaires), ces mesures sont plus efficaces et plus sûres.

Conclusion sur la maladie de Lyme chez le chien 

On arrive au terme  de cet article consacré à  la maladie de Lyme chez le chien. Cette maladie est en pleine émergence comme en médecine humaine. Une bonne prévention passant par une inspection quotidienne du chien et une application d’un bon antiparasitaire actif sur les tiques évitera bien souvent à votre chien la contamination par cette bactérie redoutable qu’est Borrelia !

 Si vous habitez  ou si vous allez vous rendre dans les régions à risques, parlez-en  à votre vétérinaire qui saura vous donner les conseils appropriés en matière de prévention ou de traitement si nécessaire.

Commentaires Facebook