Échinococcose chez le chien : comprendre, prévenir et traiter cette maladie parasitaire

L’échinococcose chez le chien, parfois appelée hydatidose, est une maladie parasitaire causée par de petits vers plats appelés échinocoques. Ces parasites peuvent causer de sérieux problèmes de santé, non seulement chez nos amis à quatre pattes, mais aussi chez l’homme, lorsque les conditions sont favorables.

Comprendre l’échinococcose est essentiel pour tout propriétaire de chien. Pourquoi ? Parce que la connaissance est le premier pas vers la prévention. En apprenant comment cette maladie fonctionne, comment elle se propage, et quelles sont les options de traitement disponibles, vous pouvez protéger votre chien et, par extension, votre famille.

L’échinococcose est une maladie parasitaire causée par des vers du genre Echinococcus. Ces petits parasites sont du type cestodes, mieux connus sous le nom de vers plats. 

Lorsqu’ils infestent un organisme, ils peuvent former ce qu’on appelle des kystes hydatiques dans divers organes, dont le foie, les poumons et parfois le cerveau. Ces kystes peuvent causer des problèmes de santé graves, voire mortels, chez les chiens et les humains. C’est une zoonose,c’est-à-dire une maladie transmissible de l’animal à l’homme.

Il existe huit espèces d’échinocoques dans le monde, dont l’échinocoque granuleux (Echinococcus granulosus) est le plus répandu.Mais les deux plus courants chez les chiens sont l’échinococcose granuleuse et l’échinococcose alvéolaire.

Aussi appelée hydatidose, est principalement causée par l’Echinococcus granulosus. Ce parasite forme des kystes hydatiques uniques ou multiples dans l’organisme de l’hôte, qui peuvent devenir très grands.

Ce kyste est rempli de liquide et de petits vers qui peuvent se développer à l’intérieur. Au fil du temps, si ces kystes ne sont pas traités, ils peuvent grandir et causer des problèmes en prenant de la place à l’intérieur de l’organe où ils se trouvent, ce qui peut affecter le fonctionnement de cet organe(foie,poumons). 

En outre, si un kyste se rompt, cela peut causer des réactions graves car les petits vers peuvent se propager à d’autres parties du corps.

Le cycle de vie de l’Echinococcus granulosus et le mode de contamination

C’est un petit ténia dont le cycle de vie complexe implique un hôte intermédiaire et un hôte définitif. 

Les hôtes définitifs sont généralement des carnivores,dont les chiens, et les hôtes intermédiaires sont souvent des herbivores, comme les moutons, bien que l’homme puisse aussi agir comme un hôte intermédiaire accidentel.

Dans l’intestin de l’hôte définitif, le ténia adulte libère des œufs qui sont ensuite excrétés dans les matières fécales. Ces œufs, qui sont extrêmement résistants à l’environnement, peuvent survivre pendant des mois voire des années dans le sol.

Lorsqu’un hôte intermédiaire ingère ces œufs (par exemple en broutant de l’herbe contaminée), les œufs éclosent dans son intestin et libèrent des larves appelées oncosphères. Ces oncosphères traversent la paroi intestinale et migrent vers divers organes, où elles se développent en kystes hydatiques.

Si l’hôte intermédiaire est ensuite consommé par un hôte définitif, les kystes hydatiques sont ingérés et libèrent des protoscolex qui se fixent à la paroi intestinale de l’hôte définitif et se développent en ténias adultes, bouclant ainsi le cycle de vie.

Mode de contamination

La contamination se produit généralement lorsque des chiens, en tant qu’hôtes définitifs, consomment des organes contenant des kystes hydatiques, par exemple lorsqu’ils mangent des carcasses de moutons infectés. Les chiens peuvent ensuite contaminer l’environnement en excrétant des œufs du parasite dans leurs matières fécales.

Les humains, bien qu’ils ne soient pas l’hôte naturel de l’Echinococcus granulosus, peuvent être infectés de manière accidentelle en ingérant des œufs du parasite. Cela peut se produire lorsqu’ils touchent des chiens infectés ou des objets contaminés( légumes,fruits,..) par leurs matières fécales, puis portent leurs mains à leur bouche sans les avoir lavées. Il peut également arriver que les humains consomment de l’eau ou des aliments contaminés par les matières fécales de chiens infectés.

C’est une maladie plus rare et plus dangereuse. Elle est causée par l’Echinococcus multilocularis. Ce parasite forme des kystes plus petits, mais qui ont la particularité de se développer et de se propager comme une tumeur maligne, envahissant les tissus environnants.

Le cycle de vie de l’Echinococcus multilocularis

Comme l’Echinococcus granulosus,il a un cycle de vie indirect nécessitant un hôte définitif et un hôte intermédiaire. Les hôtes définitifs sont généralement des carnivores sauvages, comme les renards et les coyotes, mais aussi parfois des chiens et des chats. Les hôtes intermédiaires sont généralement des rongeurs, comme les souris et les campagnols.

Dans l’intestin de l’hôte définitif, le ténia adulte libère des œufs qui sont excrétés dans les matières fécales. Lorsqu’un hôte intermédiaire ingère ces œufs (par exemple en consommant des végétaux contaminés), les œufs éclosent dans son intestin pour libérer des larves appelées oncosphères.

Ces oncosphères traversent la paroi intestinale et migrent vers le foie, où elles se développent en lésions alvéolaires, une structure ressemblant à un nid d’abeille rempli de liquide et de protoscolex.

Si l’hôte intermédiaire est ensuite consommé par un hôte définitif, les lésions alvéolaires sont ingérées, libérant des protoscolex qui se fixent à la paroi intestinale de l’hôte définitif et se développent en ténias adultes, complétant ainsi le cycle de vie.

échinococcose chez le chien cycle de vie

Mode de contamination

La contamination se produit généralement lorsque les hôtes définitifs consomment des hôtes intermédiaires infectés, ingérant ainsi les lésions alvéolaires contenant des protoscolex. Une fois dans l’intestin de l’hôte définitif, les protoscolex se développent en ténias adultes qui libèrent des œufs qui sont ensuite excrétés dans les matières fécales.

Les humains peuvent être infectés accidentellement en ingérant des œufs du parasite. Cela peut se produire en touchant des chiens infectés ou des objets contaminés par leurs matières fécales, puis en portant les mains à la bouche sans les avoir lavées. Il est également possible d’être infecté en consommant de l’eau ou des aliments contaminés par les matières fécales d’animaux infectés.

Les chiens contractent l’échinococcose en ingérant des œufs de parasites présents dans l’environnement, généralement par l’intermédiaire de petits rongeurs infectés qu’ils chassent et mangent. Les œufs du parasite peuvent aussi être présents dans les matières fécales d’autres chiens infestés, rendant les zones densément peuplées de chiens particulièrement à risque. En outre, les chiens peuvent ingérer des œufs de parasite lorsqu’ils lèchent ou mordillent des objets contaminés.

Les œufs du parasite éclosent ensuite dans l’intestin du chien, libérant des larves qui peuvent migrer vers divers organes et y former des kystes, marquant le début de l’échinococcose.

Il est important de noter que l’échinococcose peut aussi être transmise aux humains par les chiens. C’est pourquoi il est essentiel de comprendre cette maladie et de prendre des mesures pour la prévenir.

L’échinococcose peut être une maladie sournoise. Les symptômes peuvent ne pas apparaître avant que la maladie n’ait atteint un stade avancé. C’est pourquoi il est crucial de connaître les signes potentiels de l’échinococcose et de surveiller de près la santé de votre chien.

Dans les premiers stades de l’échinococcose, votre chien peut ne présenter aucun symptôme visible. C’est l’une des raisons pour lesquelles cette maladie peut être si dangereuse. 

Cependant, certains chiens peuvent présenter des symptômes bénins qui pourraient être facilement confondus avec d’autres problèmes de santé moins graves. Ces symptômes peuvent inclure:

  • une perte d’appétit
  • une légère perte de poids
  • une légère léthargie.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, les symptômes deviennent généralement plus apparents. Si les kystes se développent dans le foie ou les poumons, votre chien peut présenter des signes tels que:

  •  des vomissements
  • perte de poids significative
  • une distension abdominale
  • difficulté à respirer ou une toux. 

Dans les cas graves, des signes neurologiques tels que des convulsions ou des troubles de l’équilibre peuvent apparaître si les kystes atteignent le cerveau.

Si elle n’est pas traitée, l’échinococcose peut entraîner des complications graves pour la santé de votre chien. Les kystes peuvent provoquer des dommages aux organes où ils se développent, ce qui peut perturber leur fonctionnement. Dans les cas graves, les kystes peuvent éclater, ce qui peut entraîner une réaction inflammatoire sévère, voire un choc anaphylactique potentiellement mortel.

En outre, comme nous l’avons mentionné précédemment, l’échinococcose peut être transmise aux humains, ce qui peut poser un risque pour la santé de votre famille. C’est pourquoi il est si important de prendre des mesures pour prévenir cette maladie, de surveiller de près la santé de votre chien et de consulter un vétérinaire si vous suspectez une infection par l’échinococcose.

L’échinococcose peut être une maladie difficile à diagnostiquer en raison de la variabilité de ses symptômes et du fait que ceux-ci peuvent ne pas apparaître avant que la maladie ne soit à un stade avancé. Cependant, plusieurs techniques peuvent aider à identifier cette maladie.

Pour diagnostiquer l’échinococcose chez un chien, un vétérinaire peut utiliser une combinaison de techniques.

Examen physique : C’est souvent le premier pas. Le vétérinaire peut rechercher des signes physiques d’échinococcose, comme une distension abdominale ou des signes de malaise général.

Analyses de sang : Ces tests peuvent aider à détecter la présence de parasites dans le corps de votre chien et à évaluer l’état général de sa santé.

Test de selles : Les œufs d’échinocoques peuvent être présents dans les selles d’un chien infecté. Un échantillon de selles peut être examiné sous un microscope pour détecter la présence de ces œufs.

Imagerie médicale : Des techniques d’imagerie comme l’échographie, la radiographie ou l’IRM peuvent être utilisées pour visualiser les kystes dans le corps de votre chien. Ces tests peuvent aider à déterminer la taille et la localisation des kystes.

Un diagnostic précoce de l’échinococcose est crucial pour la santé de votre chien. Plus la maladie est détectée tôt, plus les chances de succès du traitement sont élevées. De plus, un diagnostic précoce permet de prendre des mesures pour prévenir la propagation de la maladie à d’autres animaux ou à des membres de la famille humaine.

Si vous soupçonnez que votre chien peut avoir l’échinococcose, il est important de le faire examiner par un vétérinaire le plus rapidement possible. Même si les symptômes peuvent être vagues ou absents au début, votre intuition peut être un indicateur précieux que quelque chose ne va pas.

Le traitement de l’échinococcose chez le chien est principalement axé sur l’élimination des parasites et la gestion des symptômes. Le plan de traitement dépend de plusieurs facteurs, notamment du type d’échinococcose, de la taille et de l’emplacement des kystes, et de l’état de santé général du chien.

Des médicaments antiparasitaires sont généralement prescrits pour traiter l’échinococcose chez le chien. Ces médicaments, comme le praziquantel, travaillent à éliminer les parasites du corps du chien.

Le praziquantel (Prazical*, »Drontal*)  est un anthelminthique efficace contre les cestodes, y compris Echinococcus. Pour les chiens, la dose recommandée est généralement de 5 à 10 mg/kg, administrée par voie orale. Le praziquantel est souvent administré en une seule dose, mais en cas d’infestation sévère, le traitement peut être répété après 2 à 4 semaines.

L’albendazole est un médicament antiparasitaire qui est utilisé pour traiter un certain nombre d’infections parasitaires, y compris l’échinococcose chez les chiens. Cependant, il y a des problèmes potentiels avec son utilisation chez les chiens. 

L’un des problèmes majeurs est qu’il peut provoquer des effets secondaires graves chez les chiens, notamment des nausées, des vomissements, des diarrhées, une perte de poids, une décoloration de la peau ou des muqueuses, un manque d’énergie, une perte d’appétit, et des problèmes hépatiques graves.

Un autre effet secondaire potentiel  avec l’albendazole est une atteinte de la moelle osseuse qui peut réduire temporairement le nombre de globules blancs et de globules rouges disponibles. Une fois que votre chien cesse de prendre l’albendazole, la moelle osseuse se régénère, mais cela peut causer des problèmes au cours du traitement.

Ce médicament est également contre-indiqué chez les animaux gestants. Il peut causer des problèmes de développement chez les chiots, tels qu’un faible poids à la naissance et des malformations comme la fente palatine.

Il est important de noter que ces médicaments doivent être administrés sous la supervision d’un vétérinaire, car le dosage et le plan de traitement appropriés dépendent de nombreux facteurs, dont l’espèce et la taille de l’animal, ainsi que la nature et la gravité de l’infection.

Dans certains cas, d’autres médicaments peuvent être nécessaires pour gérer les symptômes ou les complications associées à l’échinococcose. Par exemple, si un chien souffre de douleurs abdominales ou d’une inflammation due à des kystes, des médicaments anti-inflammatoires ou analgésiques peuvent être prescrits.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer les kystes, surtout s’ils sont grands ou s’ils sont situés dans des zones critiques comme le cerveau. Cependant, la chirurgie comporte des risques, notamment le risque que les kystes se rompent pendant l’opération, ce qui peut provoquer une réaction inflammatoire sévère.

Une autre option de traitement est la ponction-aspiration-injection-réaspiration (PAIR)

Ponction : Cette procédure,sous échographie,  implique l’utilisation d’une aiguille pour atteindre le kyste hydatique 

Aspiration: aspirer le contenu du kyste,cela réduit la taille du kyste et permet d’analyser le liquide pour confirmer qu’il s’agit bien d’un kyste hydatique.

Injection: d’un agent sclérosant,généralement une solution saline ou un agent scolicide, qui est conçu pour tuer les parasites à l’intérieur du kyste.

réaspiration du contenu,cela permet d’éliminer les parasites morts et le médicament du kyste.

Cette technique peut être moins invasive que la chirurgie traditionnelle.

Après le traitement, un suivi régulier est essentiel pour s’assurer que l’échinococcose a été complètement éliminée et pour surveiller d’éventuelles récidives. Cela peut inclure des tests de selles réguliers pour vérifier la présence d’œufs de parasites, des analyses de sang pour évaluer la santé générale du chien, et des examens d’imagerie pour surveiller les kystes.

En outre, le chien devrait être maintenu sur un régime de vermifuge régulier pour prévenir une réinfection. Une bonne hygiène, comme le lavage régulier des mains et le nettoyage des zones où le chien défèque, est également essentielle pour prévenir la propagation de l’échinococcose à d’autres animaux ou à des personnes.

La prévention est une partie essentielle de la gestion de l’échinococcose. En prenant des mesures proactives, vous pouvez réduire considérablement le risque que votre chien contracte cette maladie.

La première étape pour prévenir l’échinococcose est de minimiser l’exposition de votre chien aux parasites. Cela implique de prendre des mesures pour éviter que votre chien ne consomme des rongeurs, des animaux morts, ou des matières fécales qui peuvent être infectées par des échinocoques.

Par exemple, gardez votre chien en laisse lors des promenades pour éviter qu’il ne fouille dans des zones où il pourrait entrer en contact avec ces sources d’infection. De plus, assurez-vous que votre cour est propre et libre de débris qui pourraient attirer des rongeurs.

La vermifugation régulière est un autre aspect important de la prévention de l’échinococcose. Les vermifuges peuvent aider à éliminer les échinocoques et d’autres parasites du système digestif de votre chien avant qu’ils n’aient la chance de causer des problèmes.

Le choix du vermifuge et la fréquence de l’administration peuvent varier en fonction de facteurs tels que l’âge de votre chien, son mode de vie, et son état de santé général.

Enfin, l’éducation sur la manipulation sécuritaire des aliments peut aider à prévenir l’échinococcose. Cela comprend des mesures comme le fait de bien cuire la viande avant de la donner à votre chien et de ne pas laisser votre chien accéder aux poubelles ou aux restes de nourriture qui pourraient être contaminés.

En outre, si vous chassez avec votre chien, assurez-vous de prendre des précautions pour éviter que votre chien ne soit exposé à des organes infectés. Cela pourrait impliquer de ne pas laisser votre chien accéder aux carcasses de gibier ou de ne pas lui donner d’organes crus à manger.

En résumé, la prévention de l’échinococcose implique une combinaison de contrôle de l’environnement, de vermifugation régulière, et d’éducation sur la manipulation sécuritaire des aliments. En prenant ces mesures, vous pouvez aider à protéger votre chien contre cette maladie potentiellement dangereuse.

En France,c’est une maladie assez rare, avec environ 35 cas par an. L’échinococcose alvéolaire est en expansion, avec une extension de son aire de distribution vers l’ouest de la France et vers le nord, jusqu’en Suède.Cette expansion est liée à l’augmentation générale des populations de renards suite à l’élimination de la rage sylvatique au début des années 1980.

Chaque année, de 200 à 300 millions de personnes sont infectées par des échinocoques dans le monde.Elle est plus courante dans certaines régions du monde.

Les régions d’Asie centrale sont particulièrement touchées, notamment la Chine, la Mongolie et le Kirghizistan. Dans ces régions, l’incidence de la maladie est élevée en raison de la prévalence de l’animal hôte intermédiaire (les rongeurs) et du principal hôte définitif (le renard)​​.

Elle existe aussi dans d’autres régions du monde, notamment en Europe de l’Est, en Amérique du Sud et dans certaines régions d’Afrique.

L’homme peut être infecté en ingérant accidentellement des œufs, par exemple en consommant des aliments ou de l’eau contaminés, ou en touchant le pelage d’un animal infecté.

L’échinococcose humaine,en France, est une infection parasitaire liée bien souvent  à Echinococcus multilocularis. La maladie peut rester asymptomatique pendant une période allant jusqu’à 10 à 15 ans. Lorsque des symptômes se manifestent, ils peuvent inclure une augmentation du volume du foie (hépatomégalie) et divers autres symptômes en fonction de l’organe atteint. Le diagnostic repose sur l’imagerie médicale, l’examen du liquide du kyste et les tests sérologiques. Le traitement repose sur l’albendazole et/ou une intervention chirurgicale, ou par aspiration du kyste et instillation d’un agent scolicide. 

L’échinococcose est une maladie sérieuse qui peut avoir des conséquences graves pour nos compagnons à quatre pattes. Cependant, une compréhension approfondie de cette affection, associée à des mesures préventives adéquates et à un traitement prompt et efficace, peut grandement contribuer à protéger la santé de nos chiens.

La meilleure prévention consiste à ne pas manipuler de renards, à vermifuger régulièrement les chiens et chats avec un vermifuge adapté, et pour nous,consommer des végétaux cuits pour éviter toute contamination.

Si malgré tout votre chien contracte cette maladie, des options de traitement, notamment des médicaments antiparasitaires et parfois la chirurgie, sont disponibles pour aider à gérer l’infection et à soulager les symptômes.

Le diagnostic et le traitement précoces sont essentiels pour minimiser les répercussions sur la qualité de vie de votre chien. Si votre chien est atteint d’échinococcose, une prise en charge adaptée à domicile, combinée à un suivi vétérinaire régulier, peut aider à assurer son confort et son bien-être.

Les échinocoques révèlent à quel point le fonctionnement des socio-écosystèmes est déterminant dans la propagation des infections, et il est nécessaire d’apprendre à vivre avec eux tout en limitant les conditions de leurs émergences par une prévention élargie.

Enfin, il est important de se rappeler que, bien que la gestion de l’échinococcose chez le chien  puisse être un défi, elle est tout à fait faisable avec les bonnes ressources et le bon soutien. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.