METACAM 0.5 mg Meloxicam

    113
    SOPHIE asked 6 mois ago

    Bonjour Patrick,

    Début août, mon chat qui est porteur du coryza m’a fait une crise en commençant à éternuer avec le signe caractéristique du tour des yeux qui se rougit. Je lui ai administré 4 cachets par jour antibiotiques Doxyval*pendant 5 jours (il pèse plus de 8 kg).

    Le 16 août comme son état ne s’améliorait pas vraiment, j’ai consulté à cette date mon véto qui lui a administré une injection d’anti-inflammatoire (Metacam 1 ml) et d’antibiotiques (Clerapliq*5 x 0.33 ml).

    Après examen de ses yeux dont le droit coulait avec la membrane qui venait au coin (ce qui n’est jamais bon), il s’est avéré, d’après mon véto ,que mon chat avait un début de petit ulcère dans l’œil droit que j’ai du traité avec une pommade antibiotique pendant 10 jours.
    Le 27 août, j’ai ramené comme convenu pour visite de contrôle (gratuite je le précise) et apparemment l’ulcère de l’œil droit avait disparu. Par contre, mon chat continuait à avoir le tour des deux yeux rouge, se grattait beaucoup sur tout le corps et une plaque sans poil rouge est apparue sur son ventre. Il avait pourtant déjà été traité le 30 juillet mais il a fallu lui administrer une autre molécule contre les puces car la première apparemment n’avait pas fait effet. Mon véto lui a donc mis une pipette 15 mg Strongold* pour chaton < 2,5 kg et une autre toujours de Strongold* de 30 mg pour chien 2,5-5 kg. )

    Mon vétérinaire a aussi prescrit du Metacam 0.5 mg en solution buvable pendant 8 jours (du 22 au 30 août) que j’ai donné tous les midis juste avant le repas avec une seringue dans la bouche. La dose étant indiqué sur la seringue pour un animal de 8,5 kg étant donné que mon chat pesait 8,7 kg à la dernière pesée début août.

    Cela fait maintenant une dizaine de jours que le traitement du Metacam est terminé mais son état n’a pas vraiment évolué en bien. Il dort beaucoup, n’a plus trop la pêche et mange peu ce qui est très étonnant car c’est un plutôt un gros mangeur. Je pense qu’il souffre au niveau gastrique, car c’est un chat qui depuis tout petit a toujours été sensible de ce côté et malgré son air débonnaire est un nerveux. Lors de mon dernier déménagement en 2016, il m’a fait une semaine après une dermite de stress sur le dessus du crâne.

    Pour information, j’ai arrêté de lui donner des croquettes de supermarché (Felix marque Purina) à partir de décembre 2017 après que mon autre chat soit mort d’insuffisance rénale à seulement 12 ans alors que jamais aucune maladie de toute sa vie. Me doutant que les croquettes de supermarché étaient surement responsables, j’ai passé mon autre chat que j’ai actuellement à des croquettes sans céréales de marque ATAVIK que j’achète sur internet.

    En plus, je lui donne le midi une petite portion de viande fraîche (bœuf ou agneau) que je fais cuire sans rien y ajouter et le matin au lever, il a un petit peu d’un mélange de thon vapeur et de sardine. Le soir et s’il a faim le reste de la journée, il a un peu de croquettes. Depuis qu’il a cette alimentation, il ne se gave plus comme avant et en fait il mange moins car mieux rassasié. Il ne vomit plus après ses repas comme il le faisait avec les croquettes et pâtés Felix, il n’a plus de diarrhées et a de nouveau un beau poil.

    Pour en revenir au Métacam, bien que j’avais précisé à mon véto que mon chat avait toujours été sensible au niveau gastrique et intestinal, il lui a quand même prescrit le Metacam qui apparemment n’a pas trop enrayé le problème inflammatoire engendré par la crise de coryza. J’ai bien peur que ce Metacam n’ait servi à rien et lui a malheureusement fait plus de mal que de bien.

    De plus, un de vos articles stipule que les effets secondaires de ce produit sont des brûlures gastriques (tout ce qui ne lui faut pas !) mais aussi l’insuffisance rénale. Et ça, cela ne me rassure pas du tout ayant perdu mon deuxième chat fin d’année dernière pour insuffisance rénale (à 70 % d’après les examens) à seulement 12 ans.

    Moi ce qui m’inquiète c’est que mon véto a l’air de me dire que le Metacam peut être utilisé sans trop de problème plus ou moins régulièrement en cas d’inflammation notamment dû à des crises de coryza. Alors que vous-même vous dites le contraire et mettez en garde contre les effets secondaires que peut entraîner ce produit.

    J’aurais aimé votre avis mais aussi si vous connaîtriez un remède naturel pour aider mon chat à ne plus avoir de brûlures gastriques car j’en ai marre (et lui aussi !) de lui administrer des médicaments dont on sait déjà qu’ils contiennent également des excipients qui sont très dommageables pour la santé.

    Par ailleurs, j’ai vu qu’il existait des probiotiques pour chiens. Y a-t-il la même chose pour chats car je pense que cela ferait beaucoup de bien au mien. Ayant moi-même connu des problèmes au niveau intestins mais aussi des remontées gastriques, je prends des probiotiques mais aussi de la Chlorella (algue associée à de la vitamine B6) et j’ai pu constater que cela me fait du bien et fait disparaître les acidités.

    Vous remerciant de votre réponse par avance

    Bien cordialement

    Sophie

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    3 Réponses
    Dr patrick personnel answered 6 mois ago

    Bonjour,

    J’espère que votre chat se porte mieux . Suite à l’article que vous citez dans mon blog, je souhaiterais repréciser les notions principales sur la molécule meloxicam.

    Le meloxicam (METACAM*) reste l’anti- inflammatoire de choix pour les chats. Cette molécule est mieux métabolisée par le chat que les autres anti-inflammatoires. Elle est efficace par son effet antalgique et antipyrétique.

    Ce sont les modalités d’administration qui doivent être respectées:

    • par voie orale, la juste dose , bien respecter la posologie
    • administrer le médicament à heure fixe ( toutes les 24h) et avec un repas
    • essayer d’utiliser la dose la plus minime que ce soit tout en gardant son efficacité
    • s’assurer que le chat boit suffisamment et qu’ il n’a pas de problème de miction durant le traitement
    • si on constate des signes de problèmes digestifs, une perte d’appétit, une léthargie, alors il faut arrêter le traitement et au revoir son vétérinaire

    Ensuite il y a le cas particuliers de chats IRC ( insuffisance rénale chronique) où il est conseillé de faire un bilan sanguin ( les paramètres rénaux) avant de prescrire la molécule.La posologie sera adaptée en fonction des résultats du bilan.

    Un suivi est également conseillé pour les traitements à long terme.

    Pour les chats fragiles de l’estomac ( acidité, ulcères,…), là aussi il faut en discuter avec son vétérinaire et trouver la dose efficace ( la plus minime possible) sans avoir les effets secondaires.

    si intolérance à la molécule, il faudra envisager un autre type de thérapie ou voie d’administration ( injection).

    en ce qui concerne les probiotiques pour chat, je vous conseille le “chat-FortiFlora” .

    Bien à vous

    Dr patrick personnel answered 6 mois ago

    Réponse de Sophie le 27 mai 2019

    Bonjour Dr Patrick,

    Merci pour votre réponse. Mon chat va mieux heureusement. Mais cela m’a coûté tout d’abord 150 euros pour un vétérinaire qui n’a apporté aucune réponse satisfaisante car mon chat allait de mal en pis bien que celui-ci le suivait depuis un mois et demi. J’ai été voir un autre vétérinaire que l’on m’a conseillé et cela m’a encore coûté 170 euros mais lui au moins a trouvé la solution par rapport à ce qui se passait :

    1) Mon chat n’avait pas de puces mais des aoûtats. Le premier véto lui a pourtant administré 3 pipettes consécutives avec trois molécules différentes en seulement 1 mois sans que ça ne change quoi que ce soit car celui-ci n’a pas su voir qu’il ne s’agissait pas de puces mais d’aoûtats. Heureusement que le véto suivant l’a vu tout de suite et lui a appliqué du Frontline en spray (Fipronil), seule molécule efficace contre les aoûtas.

    2) Problème d’insuffisance rénale (pas trop élevé) car mon chat ne voulait plus s’alimenter et vomissait. De toutes façons, dès le premier vomissement j’ai arrêté totalement le Metacam. Après dialyse pendant 48 heures tout est rentré dans l’ordre et à présent il a des croquettes spécialisées (Renal Select de Royal Canin ou KD de chez Hills) et a un bon appétit.

    L’épisode avec le premier véto a duré pendant un mois et demi et tous ces produits administrés ont du très certainement lui altérer sa muqueuse digestive car moi même quand je prends des antibiotiques ou des anti-inflammatoires cela me donne beaucoup d’acidité gastrique. De plus comme c’est un chat émotif bien qu’il ne le montre pas, les aller et venues incessantes chez le véto et les piqûres ont dû beaucoup le perturber.

    Le deuxième véto par contre lui a fait une consultation d’une heure et demi et nous avons pu passer en revue tout ce qui n’allait pas et faire les analyses vis à vis des reins avec prise de sang. Et c’est là qu’il m’a proposé de le garder 48 heures afin de faire deux dialyses. D’ailleurs ne pouvant lui remettre par la suite un drain car mon chat a son caractère, il a opté pour une dialyse sous cutanée car il ne voulait pas “se battre” avec et le stresser encore plus.

    C’est pour cela que j’ai beaucoup apprécié ce deuxième véto qui a été très doux avec lui et j’ai retrouvé mon chat après 48 heures parfaitement à l’aise dans une grande cage, pas du tout stressé et s’alimentant correctement mais bien sûr très content de me revoir. Malheureusement ce véto est à une heure de route de chez moi…

    Mais aujourd’hui il lui arrive encore et toujours au premier repas le matin de vomir toutes les croquettes qu’il a ingérées. Il reste à la diète une heure ou deux et remange ensuite sans problème. Depuis tout petit il a des problèmes gastriques et c’est un chat assez émotif (croisé siamois) même si il ne le montre pas. C’est pour cela que je vais tester le Purina Forti Flora que vous me conseillez pour voir si cela peut l’aider à mieux assimiler sa nourriture car je sais que les pro-biotiques peuvent avoir un effet bénéfique sur la digestion.

    D’autre part, mon chat est porteur du coryza et ses problèmes de l’été dernier ont commencé après une crise à laquelle il a donc eu des antibiotiques avec une altération (je ne me rappelle plus le nom exact que m’a donné le véto) à un œil dû au virus du coryza.

    J’ai du lui mettre une pommade antibiotique deux fois par jour dans l’œil pendant une semaine. Il a eu aussi par ce premier véto un anti-inflammatoires en injection puis prescription de Metacam pendant 8 jours ce qui a fait empirer les choses comme je vous l’avais expliqué.

    A présent, je réussis à juguler les crises de coryza avec de l’Herpelysine mais je ne peux pas en donner trop longtemps car j’ai remarqué qu’au bout d’un moment les vomissements commencent et qu’il ne veut plus manger ce qui est mélangé avec l’Herpelysine.

    Au niveau nourriture il est assez difficile et sent tout de suite si j’ai mis quelque chose dedans. Par exemple, vous ne lui ferez jamais manger du jambon blanc (nitrites) alors qu’il mange sans aucun problème une viande blanche ou rouge cuite sans matière grasse ni sel.

    Donc j’essaie de ne lui donner de l’Herpelysine que lorsque les crises d’éternuements commencent et sur une courte période. Pour l’instant depuis l’été dernier il n’a plus fait de crises de coryza, donc je touche du bois car ses défenses immunitaires ont l’air correctes. D’autant que chez lui tout marche avec le moral.

    Merci encore pour votre avis

    Bien cordialement

    Sophie

    Dr patrick personnel answered 6 mois ago

    Bonjour Sophie,

    Merci pour votre réponse complète .Je suis ravi que votre chat se porte bien pour l’instant et que vous avez pu trouver un vétérinaire en qui vous avez confiance et le dialogue facile .

    En effet pour les aoûtats , c’est le fipronil qui est efficace pour le chat. J’ai fait un article sur le sujet que vous pouvez lire ici .

    Vous avez une alimentation diététique pour la prévention de problèmes rénaux . Et vous donnez de la lysine pour stimuler l’immunité et tenter d’éviter des crises de coryza .

    Tout cela est une très bonne attitude préventive.

    Pour les anti-inflammatoires , dont le metacam, il faut bien respecter les consignes que j’ai spécifiées dans l’article consacré au metacam et anti-inflammatoires ( AINS ) et cela devrait éviter les conséquences d’administration d’AINS à l’aveugle .

    Bonne continuation

    Dr Patrick D.