Share →

Intoxication Au Raisin Chez Le Chien

intoxication au raisin chez le chien Nous avons vu dans la première partie sur l’intoxication au raisin chez le chien , les signes cliniques  et les moyens pour diagnostiquer et évaluer le degré de l’intoxication .

Nous allons voir dans cette partie le traitement qui sera mis en place en fonction du moment où le chien est consulté par le vétérinaire . La précocité du traitement est très importante , car lorsque la toxine a eu le temps de provoquer ses dégâts ,surtout au niveau des reins , le pronostic est plus réservé avec parfois des issues fatales ! 

 

Traitement de l’intoxication au raisin chez le chien

Malheureusement, il n’existe pas de molécule spécifique pour lutter contre la toxine du raisin .

Le traitement de l’intoxication au raisin chez le chien va se diviser en deux étapes :

1°) s’il est effectué dans les  premières heures après ingestion de raisin, il sera basé sur la diminution de l’absorption de «  toxines ».

2°) Passé ce délai, le traitement sera axé sur la prévention ou la réduction des dommages causés aux reins.

Etape 1 : si  intervention précoce ( premières heures)

Dès que le diagnostic d’intoxication au raisin est posé, voici par ordre chronologique les thérapeutiques conseillées :

1. Le vétérinaire fera une injection  pour faire vomir le chien et ainsi éliminer les raisins de l’estomac.

  • Injection d’Apomorphine : 0.04 – 0.1 mg / kg en IM ou SC

2. Une fois le contenu stomacal vomi, il administrera par voie orale  du charbon activé au chien  pour empêcher l’absorption des «  toxines » . Toxcarb* :  1 à 4 g / kg à renouveler 4-6 h après . Ce n’est efficace que si l’ingestion est récente !

 

3.  le chien sera mis sous perfusion intraveineuse de NACL 0.9% pour essayer d’éliminer les toxines éventuellement absorbées et surtout assurer le bon fonctionnement rénal !

Quantité : 90 à 120 ml / kg / jour pendant au moins 48 h.

Une surveillance du taux d’urée et de créatinine sera effectuée en vue d’adapter le rythme et la durée de cette perfusion.

4. En même temps, un traitement contre les vomissements et l’acidité de l’estomac (gastrite) sera entrepris :

  • métoclopramide ( primperid*) : 0,2-0,4 mg / kg en IV ou IM.
  • Chlorpromazine (Largactyl*) peut être utilisé avec la métoclopramide comme antiémétique.

Dose : 0,5 Mg / kg SC / 6 à 8 h. La voie SC est préférable pour éviter les effets sédatifs et hypotenseurs de la chlorpromazine.

  • Comme anti-acide : pour éviter les gastrites ou ulcères de l’estomac induits par les toxines du raisin ou le taux d’urée on peut injecter :

Ranitidine injection:La dose est de 1-2 mg / kg par voie IV, IM ou SC toutes les 12 heures

  • Pour protéger les muqueuses gastriques :

Sucralfate: 0,5- 1 g toutes les 8 heures

 

5. Un traitement pour lutter contre l’hypertension artérielle au niveau rénal sera mis en place :

On utilise les IECA (inhibiteurs enzyme conversion angiotensine) efficaces pour aider à réduire la perte de la protéine glomérulaire et  retarder la progression de l’insuffisance rénale.            

Enalapril: 0,25-0,5 mg / kg PO matin et soir

Benazepril: 0,25 mg / kg PO  matin et soir

ETAPE 2 : Traitement si plus de 4 heures

C’est le cas du chien qui est amené chez le vétérinaire après que le propriétaire ait constaté des signes digestifs ou d’insuffisance rénale.

  1. Le chien sera mis tout de suite en perfusion intraveineuse de NACL 0.9%  à raison de 90 à 120 ml/ kg pendant 3 jours.

Une surveillance du taux d’urée et de créatinine dans le sang (dosage toutes les 6 heures) est mis en place  pour contrôler l’efficacité de ce traitement au niveau rénale.

Les traitements pour lutter contre les vomissements, la gastrite et l’hypertension artérielle seront également mis en place comme dans la phase 1 .

2. Mise en place d’une sonde urinaire à demeure pour surveiller le volume de production d’urine.

Critère très important pour le pronostic!

Car un arrêt de production (anurie-oligurie :c’est à dire moins de  0.5 ml urine/kg/h) signifie une atteinte rénale sévère,irrèversibles avec fortes chances de mortalité.

Les seules thérapeutiques possibles, dans ce cas-là, sont l’hémodialyse ou la dialyse péritonéale ( voir plus bas) .

3.  Médicaments pour Stimuler la production d’urine

À mettre en place si on constate une diminution de la production d’urine qui normalement est de 2-3 ml/kg/h.

Ex : Un chien de 10 kg produit normalement près de 500ml d’urine par jour.

Voici les médicaments pour stimuler la miction :

  1. Mannitol 10% : molécule qui augmente le flux sanguin au niveau rénal et la lumière des tubules (néphrons).

Il stimule l’excrétion des solutés et élimine les débris de la lumière des tubules.

Cependant, c’est une molécule à utiliser avec prudence et sous surveillance de la pression sanguine, du volume d’urine produit et du degré de déshydratation. Sur un chien déshydraté , il ne faut jamais utiliser le mannitol !! 

En règle générale, on doit avoir une augmentation de production d’urine dans les 20 à 30 minutes après injection de mannitol .

Si ce n’est pas le cas, il ne faut plus réutiliser le mannitol !

Dose : 0,5 -1 g/kg  en IV pendant 20 minutes et si cela est efficace, le répétez 2 à3 fois par jour.

2.La furosémide (DIMAZON*) diurétique qui augmente la production d’urine sur un rein encore fonctionnel.

Ce n’est pas la peine de l’utiliser sur un animal qui est en anurie (plus de production d’urine)

Dose : 2-6 mg / kg par voie IV, IM ou SC.

Si la miction n’est pas augmentée, il n’est pas nécessaire d’augmenter la dose mais on peut répéter l’injection.

Comme la furosémide est hypokaliémant,  il faut surveiller le potassium dans le sang (kaliémie)  et supplémenter en cas de déficit.

4 Dialyse péritonéale

La dialyse péritonéale consiste en une épuration du sang en utilisant le péritoine comme filtre.

C’est une technique qui peut être proposée en clinique vétérinaire pour des animaux souffrants d’Insuffisance rénale aiguë.

Elle doit être pratiquée par une équipe expérimentée car elle comporte des risques de péritonite.

Par contre, elle est contre-indiquée sur des chiens anuriques !

 

5 Hémodialyse

L’hémodialyse consiste à filtrer le sang par une machine (dialyseur) extra corporelle  et de le réinjecter purifié dans l’organisme.

Ce traitement coûteux et disponible uniquement dans de grands centres vétérinaires ou certaines écoles vétérinaires, pourrait être une solution à mettre en place dès le début de l’intoxication et ainsi éviter les lésions des toxines du raisin au niveau rénal.

Mais comme vous pouvez l’imaginer, les principaux facteurs limitant sont d’ordre financier et/ou  logistique, si bien que ce type de traitement est rarement effectué, voir proposé.

On pourrait aussi le proposer sur des chiens anurique (rappelez-vous, plus de production d’urine), mais l’efficacité sera faible si les reins ont subi des dommages irréversibles.

La transplantation rénale pourrait être proposée … mais là aussi, vous l’avez compris, le coût et la logistique sont des éléments souvent rédhibitoires en médecine vétérinaire.

6 . Assurer la nutrition de l’animal

Les chiens urémiques sont très souvent anorexiques. Cependant il est essentiel de soutenir l’animal en apportant une alimentation calorifique.

Pour cela on met en place une alimentation enterale assistée : pose d’une  sonde au niveau de l’estomac ou du jéjunum.

7. Acide Oméga 3

L’acide omega 3 est un acide gras essentiel qui a pour effet de ralentir la dégradation rénale et de protéger les cellules tubulaires rénales. La posologie est en fonction de la formulation : par exemple pour  le produit de Sogeval ( Actis Oméga spécial chien* ) la dose est de 1,5 ml / 5 kg de poids vif.

Pronostic de l’intoxication au raisin chez le chien

Le pronostic va dépendre de :

  1. la quantité de raisin frais ou sec ingérée.
  2. l’état général du chien avant son intoxication, notamment au niveau des reins.
  3. De la précocité du traitement
  4. De l’amélioration des signes cliniques avec le traitement

Au cours de ce  traitement, le vétérinaire surveillera surtout  les paramètres sanguins au niveau rénal (urée, créatinine, phosphore, calcium) et pourra ainsi déterminer s’il y a une bonne réponse au traitement instauré et l’adapter éventuellement.

[box color= »green » icon= »information »]

En règle général, si le chien a mangé une quantité limitée ET que le traitement a été précoce, le pronostic sera bon.

Par contre si les lésions au niveau des reins sont importantes, le taux de calcium dans le sang élevé, présence de signes neurologiques dus au taux d’urée élevé et surtout s’il n’y a plus production d’urine (anurie- oligurie) malgré le traitement,  le pronostic sera alors mauvais.

[/box]

Une fois les reins endommagés, il faut savoir que ceux-ci ont une très faible capacité à se régénérer.

Prévention de l’intoxication au raisin chez le chien

Conservez tous les raisins frais, secs ou aliments contenant du raisin hors de portée de votre chien !

Ne donnez pas du raisin comme aliment, friandises ou récompenses à votre chien !

Enfin si vous surprenez  ou suspecter votre chien d’avoir ingurgité une certaine quantité de raisin, consultez votre vétérinaire tout de suite pour qu’il puisse mettre en place un traitement préventif contre cette intoxication.

Pour le moment, l’intoxication au raisin n’a été signalée que chez le chien et quelques rares cas chez le chat.

Mais comme il existe encore beaucoup d’inconnues dans le mécanisme de cette intoxication, je conseille d’éviter le raisin, non seulement pour le  chien mais pour tout autre animal de compagnie.

 

Conclusion sur l’intoxication au raisin chez le chien

Je sais que certains propriétaires de chiens vont soutenir le fait qu’ils donnent du raisin fréquemment à leur compagnon et ce sans aucuns  effets nuisibles.

Il est clair que cette toxicité ne se déclenche qu’ à partir d’une certaine quantité ingérée, et le fait de donner de temps en temps quelques raisins à son chien n’engendrera aucune répercussion.

Mais quel est l’intérêt de donner ce fruit sachant sa toxicité potentielle pour cette espèce et surtout que l’on ne connait pas encore tout les mécanismes de cette intoxication ? …Aucun intérêt !

N’oubliez pas qu’il existe des chiens plus sensibles que d’autres et le vôtre peut faire partie de ce groupe à risque.

Un chien rescapé  d’une intoxication au raisin peut garder des séquelles irréversibles au niveau rénal  induisant un traitement et une diététique pour le reste de sa vie.

Souvenez-vous de ce dicton : «  un homme averti en vaut deux » et , en me faisant l’honneur de lire cet article,  c’est votre cas maintenant en ce qui concerne ce sujet, alors à bon entendeur …. ;-).

N’hésitez pas à mettre vos commentaires sur l’intoxication au raisin chez le chien dans les commentaires ci-dessous Merci !

Intoxication Au Raisin Chez Le Chien

Share →

9 Responses to L’intoxication au raisin chez le chien : traitement et prévention ( partie 2)

  1. le douaron ANNE-CÉCILE dit :

    j’ai eu un furet il y a quelques années à qui je donnais des raisins secs est-ce nocif pour eux aussi?

    • Dr patrick dit :

      Bonjour ,

      Oui le raisin frais ou sec est aussi toxique pour le furet … c’est la raison pour laquelle j’ai écrit dans une de mes conclusions de ne pas donner du raisin à aucun animal de compagnie .

      Bien à vous

      Patrick N

  2. POORTEMAN dit :

    BONSOIR et la fleur de bach toxique aussi elle contien du raisin !!

  3. Marilyne Peron dit :

    Alors là, je suis scotchée! je ne savais pas que le raison était toxique pour un chien… moi qui leur en donnais quand moi-même j'en mangeais, à compter d'aujourd'hui c'est fini! stop les raisins en guise de friandise. Un grand merci à vous Dr Patrick.

  4. a lire et vraiment en prendre grande note

  5. Dominique Kinoo dit :

    Votre information est importante et trés interessante.Je connaisais les dangers du chocolat mais pas du tout du raisin .Question y a t'il d'autres danger alimentaire pour nos compagnon .Le mien adore les pommes il en mange réguliérement en récompense ……Alors je me pose la question…

  6. Notre Chihuahua vient de décéder d'une insufissance rénale aigüe foudroyante malgré tous les efforts pour le sauver. Au début nous avons pensé à une leptospirose mais les résultats se sont avérés négatifs. Notre vétérinaire nous alors évoqué le raisin. Effectivement, notre chien en avait mangé en se servant dans le compost ou directement sur les vignes dans le jardin. L'ingestion de ce raisin n'était pas récente (ce n'est pas la saison) mais nous pensons qu'il en a mangé à plusieurs reprises et surtout du sec et du moisi ce qui a pu endomager ses reins de manière irréversible.

Laisser un commentaire