Share →

Chat Peureux En Consultation

chat peureux en consultation

J’ai choisi de vous parler du chat peureux en consultation, car c’est une situation qui se rencontre assez fréquemment au sein de nos cliniques ou cabinets vétérinaires avec toutes les conséquences que cela engendre tant pour l’animal que pour le propriétaire et le personnel d’une structure vétérinaire.

Pas plus tard que la semaine passée, j’en ai pu encore faire l’expérience lors d’une consultation de routine sur un chat manifestement apeuré et stressé dans sa cage de transport.

Invitée par Carole (l’ASV) à rentrer dans la salle de consultation, la propriétaire, assez tendue et manifestement très contrariée, fit irruption la cage de transport à la main.

Tout en la saluant, je lui dis : »Bonjour Madame X… Je vous en prie, mettez la cage de transport sur la table de consultation, s’il vous plaît ! ….

Au moment où cette cage fut déposée sur la table, un grognement perçant et menaçant se fit retentir et annonça d’emblée les futures conditions de la consultation.

C’est aussi à ce moment-là que j’ai pu remarquer sa main gauche dans un bandage impressionnant. Voyant mon regard insistant sur sa main, elle me  répondit :

« Bonjour docteur, eh bien oui c’est mon chat qui m’a mordu, car j’ai eu toute la peine du monde à le mettre dans sa cage pour venir à la consultation. Pas moyen de le faire sortir du dessous le lit, j’ai dû utiliser le balai, c’est comme s’il avait un pressentiment. J’ai bien cru devoir annuler le rendez-vous ! »

Après m’être inquiété et rassuré sur la gravité de ses blessures, nous avons réussi, avec beaucoup de patience et de tact,  à consulter ce pauvre chat stressé et lui prodiguer les soins appropriés.

Mais combien de fois n’ai-je entendu la description de ce type de pugilat vécu par des propriétaires voulant introduire leur chat dans la cage de transport pour venir à la consultation ? Malheureusement, beaucoup trop de fois à mon goût !!

Mettre un chat dans une cage de transport peut parfois être un véritable défi pour certains propriétaires, et cela ne devrait pas l’être.

Nous allons voir dans cet article les différentes solutions ou mesures préventives à appliquer pour éviter ce genre de situation et surtout pouvoir consulter plus sereinement un chat

chat_en_consultation

Le chat peureux en consultation : Signes cliniques et définition 

 

Face à une situation, un objet ou une personne inconnue, le chat peut avoir une réaction de peur instinctive et normale.

Comportement normal ?

Oui, car cette réaction de peur permettra à l’animal d’adopter différentes attitudes (fuite, se cacher, agressivité, rester figé…) face à cette nouvelle « menace » et assurera ainsi sa survie, son intégrité et sa sécurité.

La peur est une réaction de « défense » très fréquente dans le monde animal et aussi le monde humain… et heureusement !

Le chat n’aime pas l’inconnu

Le chat reconnait ses « amis » par les odeurs, vous savez ces fameuses substances (phéromones) qu’il dépose en se frottant, en étant caressé ou toiletté.

Dès qu’il n’a pas ces points de repère, il considère qu’il est face à un « étranger » et la peur peut s’installer.

La clinique vétérinaire couplée à un défaut de socialisation peut être un élément inconnu déclencheur d’une véritable crise de panique chez le chat avec toutes les conséquences au niveau comportemental.

Le chat n’aime pas le bruit, surtout les bruits non familiers !

Un exemple typique est le chat qui est habitué à vivre avec une femme et qui peut être simplement effrayé par la voix plus grave d’un homme et fuir celui-ci.

Les cris d’un ou des enfants peuvent avoir le même effet.

 Le chat n’aime pas non plus être contraint, obligé de faire quelque chose et bien souvent, d’ailleurs, le chat fera ce qu’il voudra. Les propriétaires de chat le savent bien cela, non?;-)

Et s’il y a bien une des contraintes que le chat s’en passerait bien, c’est bien la consultation chez le vétérinaire. Alors, autant tout faire pour que cette « obligation » devienne une situation  acceptable pour notre ami le chat !

 L’intérêt de cet article est de vous donner un maximum de conseils pour amener plus sereinement votre chat peureux en consultation.

Quels sont les signes de peur chez le chat ?

Ces signes de peur sont :

  • Les oreilles abaissées, aplaties sur la tête
  • Le dos voussé, pattes postérieures pliées sous lui prêt à bondir…
  • Mouvements de la queue (comme des secousses)
  • Les pupilles dilatées
  • Augmentation de la transpiration au niveau des coussinets.
  • Bruits de peur : Miaulement de détresse, grognement, crache, sifflement
  • Miction (uriner), défécation
  • Fuite, se cache…
  • Grattage à la porte de la cage

chat_peur

C’est lorsque ces signes se manifestent qu’il faut agir pour éviter une agression éventuelle.

Le tout est de savoir interpréter l’ampleur et la fréquence de ces réactions pour déterminer si celles-ci sont normales ou anormales.

Lorsque les signes cliniques de peur sont systématiques, intenses et persistants face à une situation, un objet ou une personne bien précise, alors on parle de phobie.

L’orage peut être une situation qui provoque cette phobie chez certains animaux.  L’animal face à cette situation va avoir un état d’anxiété exacerbé et manifester toute une série de comportements parfois très déroutants, voire même menaçants.

Les feux d’artifice, la clinique vétérinaire, certains objets,  certaines personnes de l’entourage… peuvent être aussi des situations responsables d’un état d’anxiété intense voir de phobie avec les conséquences que cela peut engendrer.

Souvent ces situations ont déclenché un souvenir« douloureux » chez l’animal et lorsque les conditions sont associées à ce souvenir, cela peut provoquer cet état phobique.

La cage de transport qui ne sert qu’à véhiculer le chat à la clinique vétérinaire en est un exemple typique : chaque fois que le chat voit cette cage, cela peut engendrer une réaction de peur qui va se manifester bien souvent par la fuite et/ou la recherche d’une cachette…

Et je ne vous dis pas les parties de pugilat, de tensions que cela peut engendrer entre le propriétaire et le chat, sommés d’aller au rendez-vous du vétérinaire… Vous vous reconnaissez un peu là ? 

La cage de transport est devenue, dans ce cas-ci, un objet déclenchant une peur, voir une phobie.

chat-cache-150x150

Nous verrons dans la deuxième partie de cet article, comment éviter cette situation et transformer cette cage de transport en un espace de plaisir et de sécurité pour votre chat.

Un chat qui a peur et qui ne peut pas fuir peut devenir agressif, aussi  je vous conseille, dans ce cas-là, d’être prudent car la sanction peut être redoutable.

Conséquences du chat peureux en consultation

Un tel comportement va entraîner différentes conséquences et non des moindres que ce soit pour le chat lui-même, pour le propriétaire et le personnel vétérinaire.

Pour le chat

  • À chaque consultation ou déplacement dans une structure vétérinaire, cette peur peut aggraver une pathologie comportementale déjà existante (anxiété)  et déclencher des états phobiques voire des dépressions.
  • Cette difficulté pour mettre son chat dans la cage à transport est une des causes de non-médicalisation invoquée par les propriétaires ne se rendant pas chez le vétérinaire.

Un grand nombre de propriétaires de chat non médicalisé affirment qu’ils appréhendent d’aller chez le vétérinaire du fait du comportement « peur – agressivité » de leur chat ! Ils ne se rendent pas chez le vétérinaire, découragés, voire apeurés, de transporter leur chat à la clinique.

Et malheureusement, ces chats ne reçoivent pas les soins préventifs (vaccination, bilan, diététique…) dont ils ont besoin et sont alors parfois amenés à la clinique dans des situations cliniques dramatiques qui auraient pu être évitées par ces soins préventifs. 

N’oubliez pas que le chat est animal qui a l’art de « cacher » les signes d’une souffrance ou d’une pathologie, d’où l’intérêt de ces examens préventifs !!

Pour le propriétaire

Les propriétaires de chat peureux en consultation risquent les points suivants :

  • Blessures : Comme je le décris au début de cet article, mettre le chat dans sa cage et le transporter chez le véto peut être une véritable épreuve avec le risque de morsures et/ou griffures parfois graves et très douloureux !
  • Stress/Dépression : Sachant leur chat peureux – agressif pour un déplacement vers le véto,  certains propriétaires angoissent et stressent à cette idée jusqu’à créer des états dépressifs. C’est du vécu !

 

Je me rappelle très bien le cas d’une propriétaire d’un chat particulièrement difficile pour toutes manipulations, être tombée dans une grave dépression (ayant même nécessité une hospitalisation). Elle craignait son chat et se culpabilisait de ne pas pouvoir lui donner les soins préventifs nécessaires au point de se rendre malade. Au final, cela a abouti à la troisième conséquence…

  • Abandon voire même demande d’euthanasie :

Malheureusement, face à cette dualité « Peur-Agressivité », certains propriétaires abandonnent leur chat dans les refuges ou dans le monde extérieur (ce qui est la pire attitude) !

Certains, peut-être plus courageux, inconscients ou persuadés que c’est la seule solution, font la démarche d’aller chez un vétérinaire pour demander l’euthanasie de leur animal.

Je ne vais pas rentrer ici dans le débat de l’euthanasie de « convenance » (ce n’est pas le sujet de cet article), mais pour ma part, ce type de demande a toujours été refusée.

Pourquoi ?… Tout simplement, parce que je reste persuadé qu’il y a moyen de trouver des solutions pour remédier à cet état et de plus c’est contraire à mon éthique !

Pour le personnel et/ou le vétérinaire

 Accueillir un chat peureux en consultation au sein d’une structure vétérinaire peut entraîner les conséquences suivantes :

  • Moins bonne qualité de soins/ Frustration

Le comportement d’un chat « peureux-agressif » aura dans beaucoup de cas une répercussion sur la qualité des soins prodigués. 

Je me souviens d’une parole d’un de mes professeurs à l’école vétérinaire durant mes études : «  Une bonne contention est 70% de la médecine vétérinaire ». 

C’est effectivement la base pour réussir une bonne consultation, je ne polémiquerai pas sur le % … 😉  , chaque vétérinaire aura ses arguments.  

Mais sans cette maîtrise, le vétérinaire, en toute honnêteté, ne peut pas réaliser une complète consultation et sera frustré par son déroulement.

Face à chat peureux –agressif, faire de la contention en même temps que de la consultation est une tâche compliquée, voire impossible pour le vétérinaire tout seul.

Il peut être aidé, bien sûr, par une ASV formée dans la gestion de chat« difficile », mais, malheureusement, cela n’est pas toujours  effectif dans les structures vétérinaires.

Alors, vous me direz qu’il y a toujours la possibilité de tranquilliser l’animal !…. Oui, c’est vrai, mais en pratiquant de la sorte on modifie les paramètres de consultation et cela peut fausser les résultats de l’examen physique comme les résultats des différents tests (sanguins  par exemple).

Mais effectivement, cela reste une solution face à un chat trop agressif, impossible à manipuler… à utiliser en dernier recours !

  • Blessures : comme pour le propriétaire, avec un chat peureux en consultation, il y a les risques de blessures/plaies pour le personnel ou le vétérinaire.

Et ce sont justement ces risques de blessures qui ajoutent une troisième conséquence pour le vétérinaire…

  • responsabilité accrue pour le vétérinaire

Comme vous le savez, à partir du moment où le vétérinaire prend en charge (consulte) un animal, c’est lui qui est responsable de ce qui peut arriver au niveau d’éventuels dégâts matériels ou corporels.

En cas de litige, c’est son assurance professionnelle qui interviendra, si faute ou responsabilité de sa part est prouvée.

Or face à un chat « peureux-agressif », les risques de dégâts (blessures)  sont plus importants et peuvent mettre un peu plus de « pression » sur le praticien.

C’est la raison pour laquelle, en cas de chat peureux en consultation, le vétérinaire ne vous demandera pas , en principe,  de le sortir de la cage et/ou de le manipuler. 

Laissez faire le personnel qui est formé pour ces situations.

chat_peureux_en_consultation

 Dans la partie II de cet article , nous verrons quelles sont les solutions et mesures préventives à appliquer sur un chat peureux en consultation .

Chat Peureux En Consultation

Share →

9 Responses to Le chat peureux en consultation: signes et conséquences ( Partie I)

  1. Caroline Dupont dit :

    Passionnant, et limpide. ♥

  2. Denise Cayer dit :

    moi jai un chat qui est tres peureux ou nerveux il a peur de tout le moindre petit bruit il sursaute il veut toujours aller ce cacher il a 5ans et ca cest depuis quil ont refait le balcon chez moi ca faisait du bruit il avait juste 2 mois il a été traumatiser il a peur de tout comment le tranquiliser merci

  3. Alice Duperey dit :

    essayer les phéromones fellyway

  4. Josiane Pourteau dit :

    Essayer les fleurs de bach : Rescue Remedy

  5. Miné Kuga BLif dit :

    Vivement la partie 2

  6. Louis Veronique Edouard dit :

    bonjour, de mon coté j'ai trouver la solution la cage etait trop petite d'ou le stress encore plus important du coup j'ai acheter une cage de transport pour chien pliante pour exposition là la grandeur est de 1m sur 70 a peut près depuis plus de peur de plus je peut mettre les deux minettes ensembles chacune a l'aise dedans se font leur petite place alors je ne sait pas si c'est le faite de leur avoir donner plus d'espace ou c'est le fait qu'elles puissent voir ce qui se passe autour d'elle certes depuis elles n’angoissent plus et tout se passe très bien maintenant cela prend pus de place mais pour mes animaux je réfléchie a leur bien être avant tout et sincèrement c'est plus sympathique de voyager avec des animaux qui ne sont pas anxieux Merci de vos conseils Patrick

  7. Isabelle Lulu Et-Iris dit :

    Perso je tiens toujours mes minous chez la véto, elle le sait, je refuse de les laisser ; je les accompagne même pour les radios, ils sont calmes, ils savent que si je suis là c'est que rien de mal ne va leur arriver. Ils sentent l'odeur, et je ne cesse de leur parler, de les caresser même du bout du doigt sans bouger la main. Pour la caisse de transport, le mieux est de les habituer tout bb à voyager, et lorsqu'on les prend adultes, (c'est le cas pour ma deuxième), j'ai constaté que le fait de placer sa caisse sur le siège arrière à côté de celle de son copain suffisait à la calmer. Elle a vu que le copain s'affolait pas et donc n'a rien dit….

  8. j ai le meme soucis que vous je suis la seule qui peut l approcher et encore si je bouge trop la nuit ou meme un petit bruit ilsursaute pourtant je l ai eu a 2mois et etait habitue avec d autres animaux

  9. patricia dit :

    mon Patchouly avait son sac de transport en permanence ouvert à la maison avec un coussin et des jouets dedans,quand je l’ai emmené pour la castration,il n’était pas stressé et est entré seul dans son sac…

Laisser un commentaire