Share →

Chat Peureux En Consultation

chat peureux en consultation

Maintenant que nous connaissons les signes et les conséquences d’un chat peureux en consultation ( Partie I) , nous allons voir les solutions et les mesures préventives pour traiter ce comportement.

Ces mesures concernent tous les acteurs responsables de ce comportement : le chat, le ou les propriétaires et le personnel de la structure vétérinaire. Et vous allez constater que ces derniers ne seront pas « épargnés » dans les efforts pour améliorer les conditions d’une bonne consultation.

Ces mesures sont destinées à :

  • Posséder un chat bien équilibré (bien socialisé)  et atténuer son stress lors de consultation,
  • Soulager et convaincre le propriétaire de chat peureux d’aller chez le vétérinaire en toute sécurité, sans appréhension.
  • Sensibiliser le personnel vétérinaire afin de réunir toutes les conditions requises pour assurer une consultation en sécurité et sur un chat calme

Voyons ces conseils à ces trois niveaux :

Au niveau du chat

Pour éviter d’avoir un chat peureux en consultation, il faut travailler la socialisation du chat, c’est-à-dire posséder un chat bien intégré dans notre monde que ce soit au niveau des bruits, des personnes, des autres animaux, des différents environnements, de situations insolites tels qu’orage, fête, feu d’artifice…. 

Cette socialisation doit être commencée et travaillée le plus tôt possible (l’idéal est à partir du premier mois d’âge)

Il faut mettre le chat (on) en contact avec le maximum de stimuli extérieurs (bruits, situations…) et l’habituer à être manipulé, véhiculé tout en le rassurant, en respectant son mode de vie et ses instincts.

Il faut éviter les sources de stress et d’anxiété.

Son milieu doit être riche et stimulant

Pour l’aider à être bien socialisé et équilibré, le milieu où le chat(on) vit (c’est-à-dire votre maison ou votre appartement) doit être enrichi d’objets qui vont exploiter ses instincts et vont le rassurer.

Comme objets essentiels à détenir pour un chat, vous avez :

arbre_chat_catherine

  • Grattoir
  • Cage de transport mis à sa disposition en permanence dans un endroit calme (je vous conseille vraiment d’habituer votre chat à cet objet qui  sera sa cachette, sa « petite maison », son lieu sécurisé), j’en parle plus loin dans cet article.
  • Litière + gamelle en céramique.
  • Jouets pour chat : il en existe d’excellents sur le marché comme le « Pipollino »qui est un jouet antistress pour votre compagnon et qui travaille bien son instinct de chasseur. Je ferai un prochain article sur différents jouets antistress pour le chat.

pipolino_jouet_anti_stress_chat

 

N’hésitez pas à jouer avec votre chat avec des jeux même les plus simples (ficelle au bout  d’une baguette, rayon laser, …).

Le but est de ne pas l’effrayer, mais au contraire interagir avec lui et créer une complicité. Vous allez voir que, très vite, ce sera votre chat qui viendra vous chercher pour jouer.

Durant le jeu, n’hésitez pas à vous mettre à son niveau en vous mettant assis, à terre  ou à genoux. N’oubliez pas que votre grandeur peut l’impressionner.

Donnez des récompenses (friandises) à chaque fois que vous estimez qu’il a fait une bonne action ou un bon comportement.

Positivez les événements ! Par exemple, à l’arrivée d’un inconnu à la maison, donnez-lui une friandise ou une caresse  pour qu’il associe cette venue à un fait positif. Il faut le rassurer.

Attention : Si vous avez plusieurs chats, n’oubliez pas de multiplier certains objets en fonction du nombre de chats présents.

Si vous avez deux chats, il est préférable d’avoir deux litières, deux cages de transport, deux arbres à chat judicieusement disposé dans la maison,…

En adoptant ces règles de base  de socialisation, vous pouvez vous éviter d’avoir un chat peureux et il  sera plus aisé à le transporter chez   votre vétérinaire préféré. 

Au niveau du ou des propriétaire(s)

Face à un chat peureux en consultation vétérinaire, le propriétaire peut travailler des solutions ,surtout préventives, pour éviter ce type de situation et à mettre en place dès  l’acquisition du chat.

  • Habituez le chat à la Cage de transport

Dès le début, prenez l’habitude de mettre la cage de transport à la disposition de votre chat en permanence. Il doit la considérer comme son espace de confort, de sécurité, sa petite maison en quelque sorte.

Mettez cette cage de transport dans un endroit calme, la porte- avant constamment ouverte, avec éventuellement un peu d’alimentation, friandises, quelques jouets préférés à l’intérieur et une petite couverture (serviette) souple. 

jouet_cage_transport

Lorsque votre chat s’y introduit spontanément, n’hésitez pas à le féliciter et le récompenser.

 Il faut que cette cage de transport soit un véritable espace de plaisir et non une source de stress et d’anxiété.

Surtout, ne faites pas l’erreur d’utiliser uniquement cette cage de transport que pour vous rendre chez votre vétérinaire, chez le toiletteur ou pour un long déplacement (lors de vacances par exemple). Le chat alors associera cette cage qu’à des moments douloureux et anxiogène et la fuira systématiquement.

Je vous conseille d’utiliser une cage à transport avec une ouverture par le haut également, vous aurez ainsi un accès beaucoup plus aisé pour éventuellement l’introduire.( cliquez sur l’image pour le détail) 

 

cage-transport-chat

 

Prenez aussi une cage de transport démontable (avec des écrous ou verrous sur le côté), cela vous permettra de détacher facilement la partie supérieure.

Le vétérinaire pourra aussi consulter l’animal tranquillement installé dans la partie inférieure de la cage à transport.( Le chat se sentira ainsi en sécurité)  .

Enfin, prenez une cage de transport avec une porte-grille, car n’oubliez pas que le chat est curieux et aime voir ce qui se passe à l’extérieur. Et en même temps, il aime se cacher  et ne pas être vu, d’où l’intérêt de mettre une serviette ou couverture dans cette cage de transport. Voilà ce qui fait le charme du monde félin, c’est toute cette ambiguïté ! :)

Voici des exemples de cage que je conseille et que vous pouvez trouver sur différents sites Web.

J’ai déjà écrit un article sur ce sujet et, si vous le désirez, vous pouvez le lire ou le relire à cet endroit.

  • Habituez votre chat à Voyager  

Habituez votre chat à être transporté régulièrement, à voyager !

Dès le jeune âge, habituez votre compagnon à voyager dans sa cage de transport. Au début, faites des petits voyages de quelques minutes (petite course, le tour du quartier,….) une à deux fois par semaine.

 Ensuite , augmenter la durée de ces trajets et toujours à la même fréquence. 

Très important : À chaque retour, donner une récompense (friandises) à votre chat! Ainsi, vous rendrez cette situation positive et votre chat finira par trouver du plaisir dans ses voyages.

Petites astuces :

  • Lors de cet apprentissage, n’hésitez pas à vous rendre à la clinique vétérinaire, garez-vous quelques minutes ou allez à l’accueil avec votre chat dans la cage de transport et éventuellement converser avec le ou les secrétaires sans faire une consultation. Cela habituera l’animal à côtoyer la clinique vétérinaire sans nécessairement stresser.
  • Vous pouvez pulvériser l’intérieur de la cage de transport avec du FELIWAY SPRAY* (Phéromones) quelques minutes (5-10) avant le départ, pour diminuer encore plus le stress du chat.

FELIWAY-SPRAY

 

Remarque : le FELIWAY*  ne s’utilise pas sur le chat, mais dans le milieu extérieur (ne riez pas, c’est plus fréquent que vous ne le pensez ! :-?  ) 

  • Durant le transport

Durant le transport en voiture, cachez votre chat !

Je vous conseille de placer une serviette ou une petite couverture sur et dans la cage de transport, car dans l’obscurité le chat se sentira beaucoup plus en sécurité .

Le chat  aime les endroits pour se cacher.

  • Le chat doit être amené chez le vétérinaire dans une cage de transport

Cela peut vous paraître évident, mais il y a encore des propriétaires de chat  qui rentrent dans une clinique ou un cabinet vétérinaire avec leur chat porté dans leurs bras ,voir sur l’épaule ( oui ,du déjà vu) !!

chat_transporte_dans les bras_non

En pratiquant de la sorte, le propriétaire prend le risque non seulement de perdre son chat mais d’être blessé par les griffes ou morsures de son chat.

Le chat stressé et effrayé par ce nouvel environnement qu’est la clinique vétérinaire, n’hésitera pas à utiliser ses griffes ou ses dents pour fuir cet espace menaçant pour lui …. Même envers son propriétaire « chéri ». 

Un chat peureux peut devenir agressif …. Voir très agressif !

 Ce type de situation n’est pas si rare, croyez-moi,  avec comme conséquence la disparition et/ou la perte définitive du chat en plus de blessures parfois graves pour le propriétaire.

Même le chat emmitouflé dans une serviette  n’est pas une sécurité !

Le seul conseil valable pour voyager et transporter un chat, c’est de le mettre dans une cage de transport et de préférence celles que je vous ai conseillées plus haut.

Autre intérêt de la cage de transport chez le vétérinaire :

Si vous êtes appelés à attendre dans la salle d’attente, le fait de l’avoir mis dans cet espace confiné lui évitera le contact avec d’autres congénères (risque de contamination) et au sol, son stress sera un peu diminué. 

  • Avant de vous rendre à la consultation

Lorsque vous vous rendez à la clinique vétérinaire, prévoyez un minimum de temps avant le rendez-vous pour être sûr d’avoir votre chat dans la cage à transport.

N’attendez pas la dernière minute pour vous rendre compte que votre chat est absent (vous allez vous énerver et communiquer votre stress à votre chat).

Éventuellement, attirez-le dans sa cage à transport avec le jeu ou une friandise. Cette introduction doit se faire dans la sérénité et calmement.

Si vous êtes en avance pour votre rendez-vous ou si vous avez une attente pour la consultation, il est préférable de laisser le chat dans la voiture jusqu’au moment de la consultation.

L’intérêt est de minimiser le stress occasionné par l’environnement de la clinique (salle d’attente, présence d’autres animaux, odeurs…)

  • Prenez rendez-vous

Sachant votre chat craintif, prenez  rendez-vous avec la clinique vétérinaire et signalez ce comportement à la secrétaire.

Peut-être pourriez-vous demander d’avoir un rendez-vous réservé exclusivement pour les chats, ce qui évitera des confrontations parfois difficiles entre chien et chat dans la salle d’attente.

  • En consultation, restez calme

Lors de la  consultation, chez votre vétérinaire, restez calme et positif. Suivez les directives du personnel, faites confiance à l’équipe et essayez de ne pas stresser ou de s’énerver, car ce comportement sera ressenti par votre chat et compliquera les conditions de consultation pour le vétérinaire.

Quittez momentanément la pièce si vous sentez votre stress ou nervosité devenir trop intense, le chat ne sera pas ainsi influencé et la consultation pourra se dérouler plus sereinement.

Respectez les consignes du vétérinaire en matière de manipulation. N’oubliez pas qu’à partir du moment où le chat est pris en charge par le praticien, c’est lui qui en est responsable, notamment au niveau des dégâts éventuels occasionnés lors de cette consultation.

C’est pour cette raison que le vétérinaire peut être strict dans les consignes de contention et de manipulation.

  • Le chat doit être habitué à être manipulé par les humains

Dès le jeune âge, habituez votre chat à se laisser manipuler au niveau des pattes, des coussinets, à l’ouverture de la bouche, à l’inspection des oreilles, à la palpation de  l’abdomen.

Vous pouvez vous inspirer de la technique « Tellington-TTouch » (voir plus bas).

Pour ceux qui brossent leur chat régulièrement, profitez de ce moment-là pour l’habituer à tous ces touchers.

Le chat doit être mis en confiance pour ces types de manipulations et il sera ainsi moins stressé lors de consultation chez le vétérinaire.

  • Avoir un environnement (la maison) sécurisant

Pour des chats anxieux, stressés à la maison, il existe différentes solutions :

  • vous pouvez mettre des diffuseurs  FELIWAY* (à mettre dans une prise de courant), qui sont à base de phéromone faciale, substance apaisante pour le chat.

feliway_diffuseur

 

Il faut en mettre en quantité suffisante et ce en fonction du volume de la maison ou de l’appartement.

Ce n’est pas un produit garanti à 100%, il doit être administré pour la bonne indication : anxiété légère, stress…

Sur un chat avec une anxiété très prononcée ou une phobie, il ne faut pas s’attendre à de nettes améliorations en utilisant uniquement FELIWAY*.Ce type de pathologie nécessite une consultation d’un comportementaliste vétérinaire avec une thérapeutique adaptée.

  • On peut  aussi utiliser les fleurs de Bach
  • On peut utiliser l’homéopathie, notamment des produits à base d’Aconitum Napellus.

Au niveau de l’environnement, du personnel (secrétaire, ASV et vétérinaire) de la clinique

But recherché : rendre la consultation et l’environnement moins stressant.

Je vous l’avais promis, voici le chapitre qui traite la part de travail pour les structures vétérinaires, car il faut bien l’avouer, ce n’est pas toujours appliqué. (Aie !, je vais me mettre à dos une partie de la profession 😉  ) 

Il existe beaucoup de paramètres sur lesquels, les responsables d’une clinique vétérinaire peuvent travailler et améliorer afin d’avoir le maximum de conditions idéales de consultation et non anxiogène pour le chat.

  • Créer un climat « FF » ( Feline- Friendly)

Le but principal à rechercher au niveau de l’environnement d’une clinique vétérinaire est de créer un « climat FF », c’est-à-dire un environnement Feline-Friendly (environnement amical pour chat).   

Pour atteindre cette ambiance, il faut travailler  certains points et former le personnel  au niveau de la gestion des odeurs, des bruits, des manipulations, des temps et lieux d’attente pour le chat.

Les odeurs 

  • Au niveau de la clinique entière :

Comme vous le savez, le chat est très sensible aux odeurs (phéromones) et  ceux-ci dictent leurs comportements. 

Les odeurs laissées par les congénères stressés lors de consultations précédentes ne manqueront pas de sensibiliser et d’amplifier le stress auprès du chat nouveau arrivé.

Alors, voici déjà une petite astuce qui peut améliorer cet état :

Mettre dans l’environnement de la clinique (accueil, salle d’attente, salle(s) de consultation, salle d’hospitalisation) des diffuseurs (aérosols) de phéromones faciales synthétiques (FELIWAY*) aux propriétés apaisantes, déstressantes  pour le chat. 

Bien sûr, ces diffuseurs doivent être mis  en quantité suffisante, en fonction du volume et il ne faut  pas oublier de les recharger.

  • En consultation

Avant d’accueillir le chat sur la table de consultation, il est impératif de bien la  désinfecter et de la débarrasser de toutes traces (poils, ongles, urine, matière fécale, sang, salive…) d’une consultation précédente.

 Cela peut vous paraître là aussi évident, mais ce n’est pas toujours d’actualité au sein de certaines  cliniques ou cabinets vétérinaires, croyez-moi.

Comment voulez-vous déstresser un chat en consultation si, sur cette table, il y a encore ces traces ?

C’est un peu comme si vous vous rendez chez votre dentiste et au moment où vous pénétrez dans la salle de soins, vous apercevez encore  les compresses tachées de sang ainsi que les dents extraites du patient précédent sur le plateau à côté du siège. Quelle sera votre réaction ?… (ok, c’est une situation exagérée, quoique…. c’est du vécu ,mais pas en Europe je vous rassure…. )

Donc, il est important d’avoir une table bien PROPRE pour des raisons d’hygiène et pour les odeurs.

Les bruits

Le chat est très sensible aux bruits et un environnement bruyant pourra être très anxiogène pour le chat.

Savoir gérer les rendez-vous

Réservez les plages d’horaires de rendez-vous  les plus silencieuses, les plus calmes de la journée pour les chats.

Directives pour le personnel  de la clinique

Le personnel (secrétaire, asv et vétérinaires) doit évoluer dans un environnement calme et dialoguer calmement, sans haussement de ton et ni gestes brusques.

Les temps et les lieux d’attente

Dans la mesure du possible, il faut essayer de réduire au maximum la durée de présence du chat au sein de la clinique ou cabinet vétérinaire.

Ensuite il faut éviter d’augmenter le stress du chat en le faisant attendre avec d’autres espèces, notamment les chiens.

Pour cela on peut agir au niveau :

  • De l’accueil / secrétariat

Le personnel à l’accueil peut être formé pour pouvoir  apprécier l’état de stress du propriétaire et du chat à son arrivée dans la clinique.

Savoir dialoguer calmement et confirmer l’heure de consultation.

S’il y a du retard  dans les rendez-vous, surtout en avertir les propriétaires et conseiller éventuellement de remettre le chat dans la voiture jusqu’au moment de la consultation.

Le chat sera plus en sécurité dans la voiture que dans une salle d’attente mixte, à moins que celle-ci soit aménagée pour le chat uniquement (« Ambiance FF »)

  • Salle d’attente

Dans la mesure du possible, il faut éviter la cohabitation entre chiens et chats au sein de cette salle.

Par exemple, faire des plages de rendez-vous pour chiens et d’autres pour chats.

Réservez les plages d’horaires les plus silencieuses, les plus calmes pour les chats.

Autre solution : avoir deux salles d’attente bien distinctes : une pour chiens  et une pour chats /NAC.

Et encore une autre solution (idéale) pour notre ami le chat : être uniquement une clinique Féline  (voir plus loin)

Manipulations / soins

Je répète le but : « réunir le maximum de conditions  pour avoir un environnement calme et non anxiogène ».

Une consultation sur un animal stressé peut aboutir à un diagnostic erroné, car cet état peut modifier  les résultats de l’examen physique et également les résultats de tests de  laboratoire.

Rappelez-vous : toujours avoir l’ambiance « FF »

( «  Feline Friendly)

Personnel ( ASV et vétérinaire)

Le personnel doit  être bien formé pour savoir manipuler avec efficacité le chat, même un chat peureux ou agressif.

Notamment savoir prendre le temps pour que le chat ou chaton découvre cet environnement nouveau qu’est la salle de consultation, et ce, en  utilisant les petits « vices » du chat : le jeu, la curiosité, l’instinct de chasse… 

Par exemple, pour un chaton en consultation, on peut utiliser une activité ludique comme la chasse pour déstresser l’animal.

En utilisant une ficelle par exemple, on peut faire appel à ses instincts de chasseur et complètement déstresser le chaton pour pouvoir mieux le manipuler.

En consultation, il ne faut pas élever la voix, les discours doivent être faits calmement sur un ton neutre.

Méthode Tellington-TTouch

La manipulation doit être faite avec douceur, sans gestes brusques et  je conseille d’utiliser la « méthode Tellington-TTOUCH»   .

Cette méthode consiste en des touchers doux, des petites pressions à des endroits bien précis. Ces pressions et touchers peuvent être circulaires sur les oreilles, le cou et la tête par exemple qui sont des endroits propices à ce type de technique.

Ce type de manipulation va créer un climat de confiance, réduire le stress  et améliorer la relation animal- homme.

Pour ceux que cela intéresse et je pense notamment, aux propriétaires d’animaux difficiles, aux ASV qui me lisent, je vous conseille ce livre que vous pouvez vous procurer chez Amazon.fr 

tellington ttouch

Sur la table de consultation

Le vétérinaire peut manipuler le chat selon deux conditions :

  • Soit le chat en dehors de sa cage de transport qui sera mise alors hors de portée de l’animal. Si vous laissez la cage sur la table, le chat n’aura qu’une envie, c’est d’y retourner au plus vite.
  • Soit dans sa cage de transport démontée à moitié  (vous voyez l’intérêt maintenant de la cage démontable !) ce qui permettra de «déstresser » l’animal.

Dans tous les cas, il ne faut pas forcer pour extraire le chat de la cage de transport. Comme  en le tirant par les pattes antérieures ou par la queue ( si, si ,déjà vu !! ) .

Là c’est le meilleur moyen pour le rendre agressif ou encore plus stressé.

Durant la consultation, n’hésitez pas à avoir une discussion avec votre vétérinaire sur ce comportement de peur.

Vous aurez peut-être un praticien qui a déjà travaillé sur le sujet et qui pourra vous donner d’excellents conseils pour améliorer cet état.

Faut-il donner des sédatifs avant une consultation ?

Dans la mesure du possible, je déconseille de donner des sédatifs ou des médicaments pour le mal de transport avant de vous rendre chez le vétérinaire.

Pourquoi ?

Ces médicaments peuvent rendre difficile l’interprétation de la consultation et peuvent modifier les résultats des examens complémentaires (bilan sanguin…)

Mais si,…

Après avoir essayé  différentes techniques d’apaisement et si le vétérinaire se trouve, malgré tout, dans l’incapacité de consulter l’animal pour des raisons d’agressivité, il pourra vous proposer d’utiliser une anesthésie de courte durée  pour pouvoir  ausculté l’animal et pratiqué les examens nécessaires ( prise de sang, prise d’urine, radiographie…) .

Par exemple, votre vétérinaire a la possibilité d’injecter une molécule pour  pratiquer une sédation, de prendre son temps pour bien ausculté votre animal et ensuite injecter un antidote qui réveillera l’animal dans les minutes qui suivent injection (cela augmente bien sûr le coût de la consultation mais n’hésitez pas à avoir une discussion à ce sujet avec votre vétérinaire).

A ce sujet, durant ou après la consultation, n’hésitez pas à avoir une discussion avec le personnel  sur ce comportement de peur chez votre chat.

Et si les conditions de la consultation ne vous ont pas plu (contention brusque, tension, examen succinct… ), ayez là aussi un dialogue avec le personnel  , trouvez un terrain d’entente et si vraiment aucune solution ne peut être trouvée , rien ne vous empêche d’aller ailleurs demander un autre avis …peut être plus « FF » ( Feline- Friendly) . 🙂

Le chat peureux en consultation:Conclusion

Le chat peureux en consultation ne doit pas être un frein à sa médicalisation  et, à nouveau, je vous engage à suivre les conseils prodigués dans ce guide ou article  et d’en discuter également avec votre vétérinaire traitant.

La profession vétérinaire évolue, s’adapte  et se diversifie.

C’est ainsi qu’il existe à l’heure actuelle dans les grandes villes de plusieurs pays européens, des cliniques vétérinaires exclusivement destinées au chat.

Ces cliniques félines sont équipées et aménagées pour pouvoir soigner les chats dans les conditions optimales. Ces conditions sont étudiées justement pour éviter le stress du chat et gérer le chat peureux en consultation. 

clinique_feline

Ces cliniques exclusivement félines feront l’objet d’un article futur et dans l’attente de celui-ci, j’espère que vous avez apprécié celui que vous avez lu jusqu’à maintenant ( bravo ! ) et que vous ne craindrez plus de gérer un chat peureux en consultation.

N’hésitez pas à nous faire partager,  dans les commentaires,  vos expérience sur ce thème du « chat peureux en consultation » .

Chat Peureux En Consultation

Share →

5 Responses to Comment gérer un chat peureux en consultation : mesures préventives ( Partie II)

  1. Amicale Chats dit :

    bonsoir et félicitations pour tous ces conseils trés pratiques …je suis présidente d une asso qui compte en son lieu de vie 450 matous receuillis …gerer leur stress est indispensable surtout que nous les sortons de situations plus que delicates….j utilise le feliway couvre les caisses de transport ou de capture d un tissu occultant je met parfois aussi dans les caisses quand je capture un chat des rues de l herbe ou un element de son ancien lieu de vie..cela le rassure….je laisse le chat dans sa caisse que j ouvre dans la chatterie et ne le force pas a sortir je le laisse a son gré decouvrir seul son nouvel habitat….et laisse cette caisse seul lien entre son ancien lieu de vie et le nouveau a sa disposition parfois plus d un mois….voila et encore merci du respect que vous apportez au bien etre des chats….

  2. lOUISE dit :

    Bonjour
    J’ai deux petits chatons ils ont a peine 6 semaines
    Leur maman a fait un mamitte et j’ai du nourrir les chatons au biberons
    Tout allait bien jusqu’a dimanche j’ai remarquer qu’ils ne buvaient plus
    Le premier (male) était completement mou alors j’ai essayé de le nourir mais ne voulait rien savoir et le lendemain la femelle etait complètement molle et elle avait de la misère a se tenir debout
    je suis aller au vet la femelle fesait de la température et le vet lui a donner ume hydration sous cutané et m’a dit de les gaver a tous les 4 heures et elle ne pouvait pas lui donner des médicaments vus leur bas ages
    Ce matin encore de la fièvre je suis aller les portés au vet et ils les garde
    Ils ne tousse pas n’eternue pas
    Peux ton donner des médicament a des chatons a ce bas age
    Je suis tellement inquiète
    Merci de donner suite a ma demande
    Louise Pouliot

    • Dr patrick dit :

      Bonjour Louise ,

      C’est vrai que le métabolisme d’un chaton est un peu différent par rapport à un chat adulte, cependant il existe toute une série de médicaments possibles à administrer à un chat âgé de 6 semaines .

      Mais je pense que votre vétérinaire , en les hospitalisant , va prendre toutes les actions possibles pour traiter ceux ci .

      Tenez nous au courant

      Bien à vous

      Patrick N

  3. Gribouille dit :

    Bonjour,
    mon commentaire n’appelle pas de réponse, c’est juste un modeste partage d’expérience « après la guerre »
    – ma petite chatte vient de mettre bas le 62ème jour après la saillie
    – une semaine avant la mise bas, elle a eu des pertes de sang à 4 reprises au moins (une traînée rouge foncé de 4 cm environ)
    – 2 jours après la mise bas, elle a eu des pertes de sang pendant une journée (une perle rouge foncé à 4 reprises lors de cette journée)
    – le véto du coin de ma rue, que j’ai interrogé à chaque fois, m’a fait dire par sa standardiste à l’accueil que c’était sans doute assez grave pour justifier que j’amène ma chatte en consultation
    – je n’ai pas amené Gribouille chez le véto car elle était trop fragile avant la mise bas, et après l’heureux événement il n’était plus vraiment temps et elle n’avait pas que ça à faire en tant que mère de famille !
    – 1ère portée : 4 chatons dont un mort-né (je suppose que le chaton mort-né correspond aux premières pertes de sang 1 semaine avant la mise bas), tout va bien et aucune perte de sang à présent
    – aucune inquiétude pour placer mes magnifiques chatons, je les vendrai par internet à 2 mois et 1/2 ou 3 mois pour 100€ à 150€ chacun en m’assurant que la famille d’accueil sera sérieuse
    – dernière précision : lors de la mise bas, ma petite chatte a hurlé de façon déchirante plusieurs fois lors de chacune de ses 4 expulsions, ce qui m’a un peu inquiété au début car les chattes dont habituellement silencieuses dans ce moment (à présent, je ne suis plus inquiet, je pense que la cause des hurlements était tout bêtement la douleur en raison de son assez petite taille)

    Voilà, je m’en vais m’amuser avec les chatons et leur maman 🙂

  4. Je vous remercie de vos mesures préventives pour un chat peureux en consultation. Je pense qu'un arbre à chat serait un bon objet pour créer un milieu plus riche et stimulant. Je n'avais jamais pensé à donner des récompenses à mon chat mais c'est certain qu'il aimerait bien d'être traiter comme ça. Merci de vos conseils !
    http://cliniqueveterinairemascouche.com/

Laisser un commentaire